RSS
RSS



 

Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Mer 9 Sep - 21:20


Débat sous un ciel étoilé

- On voit bien Mars, ce soir...

Kuma leva les yeux vers l'astre sus-nommé. En effet, la voûte céleste était particulièrement dégagée, et la lune, bien que pleine, était suffisamment haute pour ne pas éclipser l'éclat des autres étoiles. Le vent violent de la journée avait bien perdu de sa puissance, mais il en subsistait une brise fraîche qui n'était pas pour déplaire à l'hybride : C'était le signe que l'Automne était enfin arrivé, et qu'il allait enfin avoir moins chaud. Il esquissa un sourire avant de tirer une longue bouffée de tabac tirée de sa pipe. Il s'installa confortablement contre la paroi de la fontaine. Fukuro avait raison : c'était une nuit parfaite.
Le vieux Grand-Duc étira ses ailes en prenant garde de ne pas les mouiller. Hebi était étendu un peu plus loin, au milieu de l'allée, cherchant à se réchauffer à la lumière lunaire. Saru dodelinait de la tête dans les bras de Kuma qui le caressait machinalement, et Karasu observait lui aussi le ciel étoilé avec un air pensif. Une nuit de pleine lune comme Kuma n'en avait plus fait depuis longtemps, avec de plus une délicieuse sensation de sécurité.

Kuma et ses amis avaient en effet l'habitude, durant ses années d'errances, de profiter de pareilles nuits pour avoir le luxe de ne rien faire. C'était devenu comme une sorte de rituel : Le doyen des gardiens de la nuit les prévenait durant la journée, et tout s'organisait autour de cet événement. La chasse se faisait plus tôt, on préparait la veillée, on trouvait un endroit approprié, et on faisait une sieste dans les heures chaudes.
Kuma poussa un soupir. Tout ces souvenirs le rendaient nostalgique. Il avait parfois envie de repartir pour de bon, être de nouveau en autarcie avec la nature...

Comme pour faire écho à ses propres pensées, Fukuro hulula tristement :

- Le bon vieux temps me manque, Homme-ours. Nos veillées la nuit, tous ensemble. Nos chasses endiablées. Notre mission absolue, l'Equilibre !

Il respira un coup avant de finir :

- Je ne retrouve plus tout ceci depuis notre arrivée dans ce lieu. La nature est remplie de déséquilibre qui bouleverse l'écosystème, vous êtes de plus en plus avec vos semblables, réduisant la symbiose, et un nécromant s'amuse à nous mener par le bout du bec. J'ai bien peur que si nous restons ici, ce fragile équilibre n'explose en morceaux...

- En effet Fukuro. Cependant... ne sommes nous pas aussi un déséquilibre ? Cette association inter-raciale est parfaitement anti-naturelle, vous en êtes conscient ? Pourtant, nous avons toujours maintenu l'Equilibre, et la nature s'en est toujours mieux sortie après notre passage.

- Nous sommes un déséquilibre qui a pour but d'en compenser un autre. Ici, ces déséquilibres sont indépendants entre eux, et sont à l'origine de la décrépitude de la nature... Ce nécromant n'est pas là par hasard : Il a nécessairement été attiré par Shinsekai à l'instar des autres étudiants. Et même si nous parvenons à le capturer, qu'est-ce que cela change ? Réunir en un même lieu autant d'éléments puissants qui ne sont pas régi par nos lois de l'Equilibre, c'est être assuré de voir un jour apparaître un conflit de premier ordre. Et qui en pâtira le plus ? L'environnement, et ses défenseurs. Je crois que pour notre survie future, ajouta-t-il avec une soudaine conviction, nous devons quitter Shinsekai.

- Je sais, mon vieil ami, je sais... soupira l'hybride. Mais dois-je vous rappeler votre mission première ? Dois-je vous rappeler d'où vous venez ? Et pourquoi nous avons dû rejoindre Shinsekai ?

- Je me demande de plus en plus... marmonna l'hibou. Je me demande de plus en plus si tout ceci n'est pas un my...

Un bruit soudain l'interrompit brusquement. Les cinq individus sursautèrent dans un mouvement d'ensemble, en état d'alerte. Le bruit sec était précédé de bribes de conversations agitées. Il ne fallut pas longtemps à Kuma pour déduire que d'autre élèves violaient sans autre forme de procès le couvre-feu définitivement bien inutile. Hebi se rapprocha en toute hâte pour donner ses informations : Deux individus seulement, un mâle et une femelle. A priori non hostile et très décontracté pour des personnes dans l'illégalité. Ils étaient probablement sortis par envie pure et simple, à l'instar de Kuma. Mais leur discussion avait manifestement virée à la dispute, à en déduire par le ton énervé des deux protagonistes. Curieux, Kuma resta à l'écoute, intrigué par ces deux personnes qui se dirigeaient vers la fontaine. Les voix ne lui disaient rien. Des nouveaux ? Possible. Kuma ne pouvait pas encore les discerner, ils étaient de l'autre côté de la fontaine.
Certain à présent que le danger était inexistant, il stoppa l'état de qui-vive et chacun repris son activité (ou sa non-activité.)

Une fois les deux jeunes gens arrivés au niveau de la fontaine, encore invisible à ses yeux (et donc inversement), Kuma tendit l'oreille pour écouter leur conversation à présent parfaitement audible...
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir: Ordre animalier
Âge du personnage: 17 ans
Guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 222
Date d'inscription : 07/05/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Débat sous un ciel étoilé Sam 12 Sep - 19:15

Ils se dirigeaient vers la fontaine, Suna le savait bien, elle avait effectué à de nombreuses reprises ce trajet. Mais cette fois-ci tout était différent elle le sentait, l'ambiance entre Heigan et elle était glaciale.
Heigan ! On ne peut pas partir comme ça ! Se serait stupide, je t'en prie réfléchis une minute ... »
Sa phrase fendit le silence sourd des couloirs déserts de Shinsekai, Suna frissonna, elle se sentait mal à l'aise. A cette heure-ci elle aurait dû se trouver dans sa chambre, si quelqu'un les voyaient, ils risquaient gros enfin selon elle car Heigan après un instant lui répondit sans hausser le ton.
Comment ça on ne peut pas partir comme ça ? On sort de plusieurs années d'enfermement, et toi tu veux rester dans ce trou à rat pour monstre en tout genre ? Cette liberté me parait bien fade si tu veux mon avis.
-Comment ? Ces personnes que tu appelles monstres, ils sont comme nous et ils nous ont aidé, ils nous ont offert un toit ! »
Suna tentait de rester calme et de ne pas laisser sa peur prendre le dessus sur sa conscience, sinon elle risquait encore et toujours de donner raison à son idiot de frère.
C'est vrai qu'ils nous ont accueillis mais te sens-tu à ta place ici ... C'est vrai, ils sont comme nous, mais nous que sommes-nous à part des monstres ? »
Des monstres, les mots de son frère eurent l'effet d'une gifle, mais elle tenu bon et continua :
Oui je me sens à ma place ici » murmura-t-elle, elle se rendit alors compte qu’elle était face à un dilemme, elle allait devoir choisir entre sa loyauté envers son frère, et son amour pour ce lieu si particulier, qui faisait son bonheur. NON ! Son frère voulait la manipuler, elle campa donc sur ses positions et reprit d’une voix assurer :
Heigan je t’en prie renonce ! C’est bien trop dangereux, imagine un peu la réaction des personnes normales en nous voyant, nous sommes très bien ici parmi nos semblables ! »
Un sentiment de tristesse l’envahit, elle n’avait point l’habitude d’être en désaccord avec son frère,  cela lui rappela qu’il était tout pour elle et qu’au fond sans lui elle ne pourrait pas vivre. Elle se mit à le fixer, lui son protecteur, lui qui avait vécu le pire durant ses années d’enfermement, lui qui ne verrait plus jamais la lune brillait dans le ciel étoilé.
Alors qu’elle lui ouvrit la porte qui menait à l’extérieur, Heigan reprit d’une voix faible :
Suna », la voix d’Heigan la fit sursauter « Ne devrions-nous pas vivre reclus de la société ? Même ici je suis un danger, tu sais très bien que pendant mes crises je suis capable du pire en terme de sadisme et de torture », et pas que pendant tes crises, songea Merodiasuna, mais elle préféra se taire et écouter la suite « Je m’en voudrais de blesser ceux qui nous offert un toit … Peut-être est-ce un mal pour un bien »
Suna médita quelques instants sur les paroles de son frère jusqu’à ce que son regard se pose sur le magnifique reflet de la lune dans la fontaine. En jouant avec son pendentif elle réalisa alors que l’astre formait un disque de lumière parfait,  « la pleine lune » souffla t’elle, Suna comprit immédiatement ce que cela signifiait, ses sauts d’humeurs, ses difficultés pour se maîtriser, tout venait de là.  Elle inspira puis expira en silence pour ne pas qu’Heigan remarque son trouble. Elle devait lui répondre, elle se décida à quelques pas de la fontaine majestueuse.
Nous sommes tous dangereux … Mais ici nous apprendrons à nous maîtriser ! Cependant, une chose est sûre, si tu décides de partir, je devrais te suivre. Tu sais comme  moi, que je n’aurais pas d’autres possibilités. Or le Heigan que je connaissais n’aurait jamais était aussi égoïste ! »
A peine avait-elle fini sa phrase, Suna poussa un cri strident ! Elle venait d’apercevoir une masse sombre derrière la fontaine. Elle sentit sa peur prendre le dessus. Elle tomba à genoux. Pris sa tête entre ses mains afin de calmer la douleur qui ravagait son crâne. Les larmes coulaient à flots sur son visage. C’est alors qu’elle sentit ce qui pouvait arriver de pire … Son pouvoir se déclencha, des illusions terribles allaient ravager l’esprit des personnes aux alentours.
avatar
Newbie
Newbie
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 17
Date d'inscription : 13/05/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Sam 12 Sep - 23:59

Dans les jours suivant son arrivé à Shinsekai, Heigan se sentait de plus en plus en proie à la solitude et à la paranoïa… En effet sa cécité le poussait à rester sur ces gardes jours et nuit dans cet environnement rempli d’étranger qui, comme lui, n’avaient plus rien d’humain. Au fond de lui une petite voie lui murmurait à l’oreille :
- Fuis… Fuis cet endroit maudit…
Mais il ne pouvait suivre ce conseil intérieur, car malgré tout il y avait une chose importante pour lui dans ce pensionnat : sa sœur… sa chère petite sœur, qui semblait heureuse ici. Et Heigan ne pouvait se résoudre à l’abandonner, il décida donc de parler avec elle, pour peut-être la convaincre de partir de cet étrange endroit, et la soirée au clair de lune qui s’annonçait conviendrait parfaitement à leur conversation…
- Heigan ! On ne peut pas partir comme ça ! Se serait stupide, je t'en prie réfléchis une minute …
Réfléchir… Heigan ne faisait que ça depuis des jours au point de ne plus pouvoir dormir la nuit.
- Comment ça on ne peut pas partir comme ça ? On sort de plusieurs années d'enfermement, et toi tu veux rester dans ce trou à rat pour monstre en tout genre ? Cette liberté me parait bien fade si tu veux mon avis.
En disant ces mots, Heigan eu quelques remords, comment pouvait-il parler de cette façon des personnes qui l’avaient accueilli sans demander leur restes. Mais il ne pouvait faire marche arrière…
- Comment ? Ces personnes que tu appelles monstres, ils sont comme nous et ils nous ont aidé, ils nous ont offert un toit !
Heigan savait que Suna avait raison sur ce point mais au fond de lui subsistait cette voie qui lui disait de partir…
- C'est vrai qu'ils nous ont accueillis mais te sens-tu à ta place ici ... Oui, ils sont comme nous, mais nous que sommes-nous à part des monstres ?
« Monstres », ce mot retentait dans sa tête, mais il devait l’accepter, maintenant c’est ce qu’il était et c’est ce qu’il sera toujours à présent…
- Oui je me sens à ma place ici, murmura doucement Suna avant de laisser passer un léger blanc, Heigan je t’en prie renonce ! C’est bien trop dangereux, imagine un peu la réaction des personnes normales en nous voyant, nous sommes très bien ici parmi nos semblables !
Heigan sentit la détresse de Suna dans ses mots, il s’en voulait d’imposer un tel dilemme à celle qu’il avait juré de protéger jusqu’au bout. Mais il le fallait pour le moment, il continua donc, avec le même ton monotone et insensible… A ce même moment Heigan sentit une présence qui les observait, une présence mêlé avec une fine odeur animalière… Mais il n’y pris pas attention et la pris pour une illusion dû au manque de sommeil
- Suna… Ne devrions-nous pas vivre reclus de la société ? Même ici je suis un danger, tu sais très bien que pendant mes crises je suis capable du pire en termes de sadisme et de torture… Je m’en voudrais de blesser ceux qui nous ont offert un toit … Peut-être est-ce un mal pour un bien.
En prononçant ces phrases Heigan se remémora les crises qu’il avait eu auparavant, Suna n’avait été témoin que de quelques-unes, et non les pires… Une fois, avant de retrouver Suna dans la forêt, il avait subi une crise extrêmement violente qui l’avait poussé à tuer lentement et sans le moindre remord une famille entière de bergers, soit les deux parents, leurs trois enfants et même les deux petits chiens de bergers… La scène était restée gravé dans sa mémoire, il avait commencé par dépecer les deux pauvres chiens qui dormaient à l’extérieur de la ferme. Puis, il rentra doucement dans la salle commune, où les cinq paysans discutaient autour d’une partie de belotte endiablée. La famille se retourna vers Heigan et le père l’interrogea sur sa présence dans leur demeure, Heigan répondit alors par un coup de queue qui transperça le pauvre homme de part en part. Les autres membres de la famille, choqués, commencèrent à hurler. Heigan ne laissa qu’un faible moment de répit avant de se jeter sur le fils ainé qu’il déchiqueta en morceau… Il en fit de même avec les autres jusqu’à ce qu’il ne reste que la mère, cette dernière c’était réfugié dans un coin du salon le plus loin possible du démon. Heigan la saisit alors par le coup et commença à la frapper, encore et encore, tout en lui mettant sous les yeux les cadavres de ses trois enfants sauvagement assassiné. Une fois la mère morte, la pièce ne ressemblait qu’à une représentation de violence et de meurtres, seules les cartes sur la table avaient gardé leur place. En sortant de la maison, Heigan repassa devant la table sur laquelle était posé les cartes de chaque joueur, il ne pouvait le voir mais, la mère aurait gagné la manche à coup sûr…
- Nous sommes tous dangereux … Mais ici nous apprendrons à nous maîtriser ! Cependant, une chose est sûre, si tu décides de partir, je devrais te suivre. Tu sais comme  moi, que je n’aurais pas d’autres possibilités. Or le Heigan que je connaissais n’aurait jamais était aussi égoïste !
« Égoïste », ce mot claqua aux oreilles d’Heigan comme une balle en plein cœur. Lui qui avait toujours pris soin de penser aux autres avant lui, commença à douter de sa propre philosophie de vie… Il décida alors de ne pas insister et acquiesça mollement. Suna était déterminé à rester à Shinsekay et rien ne la ferait changer d’avis, de plus, il ne voulait pas lui torturer l’esprit plus longtemps…
Tout à coup il entendit sa sœur s’effondré au sol dans des cris et des larmes déchirant. Heigan ne compris pas de suite ce qu’il se passait. Après quelques secondes il déduisit que Suna avait aperçu l’homme caché derrière la fontaine, l’homme dont Heigan avait senti la présence mais qu’il avait pris pour un nouveau signe de paranoïa… Heigan se baissa alors au niveau de sa sœur et essaya désespérément de la calmer, en approchant son visage du sien, il pu sentir la peur émanant de sa sœur mêlé à la chaleur de son front, signe de la douleur qui la parcourait. Le jeune homme perdit alors sa plénitude habituelle, il se retourna quelques secondes en direction de l’homme caché et cria :
- Va-t’en ! vite ! vite !
Heigan se retourna vers Suna et essaya de capter son attention au maximum, à ce moment-là, Heigan avait peur, pas pour lui ou pour l’homme derrière la fontaine, mais pour sa petite sœur. Il aurait aimé prendre sa tête dans ses mains et lui dire, en la regardant au fond des yeux que tout allait bien se passé, mais il ne pouvait, car la seule chose que verrait Suna serrait des bandages sans émotions apportant tout sauf le réconfort… Ne pouvant alors l’aider, Heigan sentit alors une vague de tristesse l’emporter, mais il ne pouvait pas rester là à attendre, il devait agir. Il savait que le pouvoir de Suna aller se déclencher et que la peur allait ravager les esprits des personnes aux alentours. Ne pouvant l’arrêter, il fit tout son possible pour que son pouvoir ne se concentre que sur lui et qu’il soit le seul à souffrir.
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir:
Âge du personnage:
Néophyte
Néophyte
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 19
Localisation : Dans mon village perdu
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Dim 13 Sep - 15:10


Débat sous un ciel étoilé...

Les deux étudiants s’étaient à présent suffisamment rapprochés. Kuma pouvait à présent entendre audiblement leur conversation :

- … trop dangereux, imagine un peu la réaction des personnes normales en nous voyant, nous sommes très bien ici parmi nos semblables !

- Suna… Ne devrions-nous pas vivre reclus de la société ? Même ici je suis un danger, tu sais très bien que pendant mes crises je suis capable du pire en termes de sadisme et de torture… Je m’en voudrais de blesser ceux qui nous ont offert un toit … Peut-être est-ce un mal pour un bien.

- Nous sommes tous dangereux … Mais ici nous apprendrons à nous maîtriser ! Cependant, une chose est sûre, si tu décides de partir, je devrais te suivre.

Diantre ! Serais-ce possible ? Kuma n’était donc pas le seul à être déchiré entre rester ou partir ? Il tenta de s’approcher pour en entendre d’avantage et surtout pour voir le jeune couple. Comme il l’avait entendu, il y avait un jeune homme, à priori démon, dont les yeux semblaient couverts, et une jeune demoiselle, de petite taille, mais ô combien gracieuse avec son visage de petite fille, ses cheveux couleur paille flottant au vent, et son teint…
Un signe discret mais autoritaire de Karasu l’arrêta net dans son observation. Et il constata qu’il s’était avancé suffisamment pour être visible par les deux jeunes personnes. Il se cacha précipitamment derrière la fontaine. Trop tard.
La petite fille se mit à hurler de terreur. Kuma savait qu’il était du genre imposant et que la surprise devait être grande, mais c’était peut-être un peu exagéré, là ! Il se releva en arborant un grand sourire accueillant :

- Bonjour ! Moi c’est Kuma. Vous n’avez rien à cr…

Il fut coupé par une violente et soudaine douleur à l’abdomen. Impossible d’en connaître l’origine, mais Kuma connaissait les limites de son corps, et il était à Shinsekai depuis suffisamment longtemps pour savoir reconnaître les attaques magiques.
Le mal migra très rapidement à la tête et sa vision se flouta. Le jeune garçon, au chevet de sa compagne, lança à la cantonade :

- Va-t’en ! vite ! vite !

Vu la manière dont il se tenait le crâne, il avait l’air de souffrir tout autant, voir plus que Kuma. Mais il ne put suivre les directives de l’aveugle même s’il l’eut souhaité : chancelant, il parvint à contrôler tant bien que mal sa chute avant de sombrer dans l’inconscience.

***

- Alors Kuma, comment va tu depuis notre dernière rencontre ?

L’hybride ouvrit les yeux difficilement. Il se trouvait sous une forte lumière dans une salle qu’il ne connaissait que trop bien. Il chercha à bouger les bras : il était maintenu par de lourdes chaînes, celles-là même qu’ils utilisaient pour les cobayes ours.

- Tu nous a causé bien du tort, susurra son tortionnaire de toujours, le surnommé Dent Creuse, en tripotant ses engins de torture. Ta fuite en a inspiré plus d’un. Mais nous t’avons enfin trouvé.

- Vous n’êtes pas réel, marmonna Kuma qui ressentait une immense fatigue sans qu’il sache pourquoi. Je suis à Shinsekai, avec mes amis animaux…

Sa vue était parfois troublée de vision de Karasu penché sur lui, dans la nuit, l’air paniqué.

- En effet, approuva le scientifique en s’approchant scalpel à la main. Et je t’en remercie : Grâce à toi nous avons pu récupérer tout les petits fuyards qui nous ont fait défaut. C’est vraiment très gentil à vous de vous être rassemblé au même endroit pour mieux vous cueillir…

Kuma ne croyait pas un seul de ces mensonges. Ce n’était pas vrai. La vision de Karasu dans Shinsekai n’en était pas une : c’était le labo qui était une illusion, probablement causé par cette jeune fille. Et le jeune garçon avait prit sur lui de recueillir au maximum le pouvoir de sa conjointe, ce qui expliquait que l’illusion n’était pas très stable. L’analyse tenait la route. Mais Kuma ressentait pourtant une terreur glaciale dans ses entrailles.

- Nous n’en avions pas fini avec toi la dernière fois, me semble t’il, continua Dent creuse en approchant le scalpel de ses yeux : il nous fallait achever les modifications cérébrales, et alors seulement, tu seras un ours accompli, débarrassé de toutes ces bassesses humaine qui t’empêche d’être un animal accompli.

- Non… non… se lamenta Kuma, sans grande conviction, alors que le scalpel se faisait immense dans son champs de vision, il pouvait presque le sentir sur sa cornée…

Puis tout changea. Il se trouvait de nouveau dans l’établissement de Shinsekai, mais quelque chose n’allait pas. Il se sentait toujours fatigué, et les deux jeunes gens, et surtout ses amis, avaient disparus. Mais plus grave encore, le bâtiment rougeoyait d’un feu surnaturel. Se précipitant de toutes les forces qu’il lui restait, pas sûr, cette fois-ci, que ce soit une illusion, vers l’entrée, il trébucha soudain sur un corps : son amie Amélia gisait, morte, à ses pieds. Tremblant, il leva les yeux, et se retrouva nez à nez avec Hideo, son sourire suffisant sur le visage, tenant de ses mains ensanglantées le cadavre d’Hebi.

- Il s’est remarquablement bien défendu, Kuma,  se délecta Hideo. Les autres ont tenus moins longtemps… Ils voulaient m’empêcher d’accéder au rang qui m’est dû : chacun d’entre nous mérite de diriger le monde, et comme je suis le meilleur d’entre nous…

Hideo se passa la langue sur la main avec un rire sadique. Mais Kuma, bien que dans une fureur hors norme, conserva son calme extérieur :

- Depuis quand Hideo éprouve t-il une once de respect envers un adversaire ? Demanda-t-il avec une pointe de défi.

L’illusion s’effondra sur elle même en un instant. Kuma se retrouva, allongé sur le sol, le glou-glou réconfortant de la fontaine en guise de réveil. Plus de trace de feu sur le collège ou d’un Hideo despote, mais bien le visage extrêmement inquiet de ses trois amis. Il était vidé, transpirant, et avait quelques difficultés à respirer. Il prit le temps de s’asseoir et de récupérer en rassurant tour à tour ses trois amis avant d’observer les deux étranges adolescents : ils allaient devoir lui donner quelques indications…
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir: Ordre animalier
Âge du personnage: 17 ans
Guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 222
Date d'inscription : 07/05/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Dim 13 Sep - 17:04

Alors même que sa migraine cessa, les flashs commencèrent. Suna détestait cela, elle allait accéder aux visons qu’elle infligerait à son frère et à l’homme. Soudain elle sentit la présence de son frère à ses côtés, elle aurait voulu lui dire de partir, de s’éloigner le plus possible. Mais la douleur était trop grande, elle ne pouvait plus se contrôler. Elle tremblait, tout son corps lui semblait geler mais son front, il bouillait, elle sentait la puissance de l’astre divin en elle. Toute cette force qu’elle avait accumulé, aller exploser elle le savait. Sa respiration se fit irrégulière entre deux longs sanglots elle entendit Heigan criait :
Vas-t’en ! Vite ! Vite ! »
Quelques secondes à peine s’écoulèrent avant qu’elle commence à voir les terribles illusions. Cependant elles étaient trop rapides, cela se transforma en un brouillard, ce qui rendit Suna encore plus nerveuse. Puis tout à coup, silence. Ses visons avaient cessé au bout de quelques minutes, Merodiasuna s’écroula, et se recroquevilla sur elle-même. Ses sanglots ne cessaient pas, mais ses pensées lui rappelèrent son frère. Elle se leva d’un bon. Elle chancela. Puis aperçu son frère. C’est alors qu’elle réalisa que les illusions n’avaient pas cessé de ravager le cerveau de ses victimes. Elle précipita au chevet de son frère bien aimé en suppliant :
Heigan ! Heigan ! Je t’en prie réveille-toi ! »
Elle jeta un regard aux alentours, personne. Quelqu’un allait bien passer par là ou les entendre. Suna commença à paniquer, elle savait très bien l’impact de ses illusions sur les autres, ça pouvait être terrible. Elle releva précipitamment.
« A l’aide ! A l’aide ! Il y a quelqu’un ? S’il vous plait aider moi ! A l’aide ! », Malgré ses cris, elle n’obtenu aucune réponse.
« Je t’en prie Heigan réveille-toi » dit-elle en sanglotant. Elle était perdue, son passé douloureux refit surface, des images des pauvres bucherons qui si son loup n’avait pas était à ses côtés serait aujourd’hui reclus dans un hôpital psychiatrique, à revivre leurs plus grandes peurs, encore et toujours. Les souvenirs de son magnifique loup la plongèrent dans une tristesse sombre qui lui rappela qu’elle n’était qu’un monstre, un terrible monstre qui faisait souffrir le martyre à son frère en ce moment même.
Ses jambes cessèrent de la porter, elle retomba lourdement au sol, toute sa grâce n’était qu’un lointain souvenir, ses yeux rouges sang, ses cheveux or ne devaient ressembler qu’à un nid d’oiseau ravagé par des bourrasques de vent. Les larmes revinrent, la peur refit surface et Suna se recroquevilla, se mit à tanguer d’avant en arrière. Elle fixa la lune et se mit fredonner la berceuse de sa mère. Les notes de cette merveilleuse mélodie se retrouvèrent mêler aux sanglots de la jeune enchanteresse.
Soudain, elle n’eut qu’une envie fuir, partir loin de cette fontaine. Elle voulait trouver un lieu qui saurait la protéger de ses pulsions qui faisait d’elle une meurtrière, Suna ne voulait plus faire de mal, il fallait qu’elle parte très loin. Loin de ce frère aimant qu’elle venait de détruire.
Les remords l’envahir, elle ne pouvait pas fuir, pas après tout ce qu’Heigan avait enduré pour rester ici. Des paroles de sa mère lui revinrent en mémoire, cette mémoire qui avait été détruite par les scientifiques « Tu dois être courageuse ma petite chérie, toujours, cela fera de toi une personne généreuse ». Suna devait se ressaisir, elle n’était plus une petite fille. Elle inspira et expira lentement plusieurs fois pour retenir ses sanglots. Puis se mit à genoux aux côté de son frère, et fredonna sa chanson en réfléchissant, fallait-il aller cherchait de l’aide ? Ou rester ici à attendre que les effets de son pouvoir s’attenus ? Peut-être que la directrice pourrait l’aider à annuler ou réduire le temps des illusions ? Ca faisait déjà cinq minutes que les illusions ravageaient l’esprit de son pauvre frère, elle devait tenter le tout pour le tout, même si elle devait se faire réprimander pour ne pas avoir respecté le couvre-feu.
Alors qu’elle se relevait, Suna se rappela de l’autre personne. Elle contourna la fontaine et se retrouva nez à nez avec un homme assez … massif mais ce qui l’a surpris le plus fut les animaux, ceux-ci regardaient l’inconnu avec inquiétude. Lui comme Heigan était encore victime de ses illusions, Suna devait se dépêcher mais au moment où elle tourna le dos à l’homme elle sentit, ou plutôt entendit celui-ci émerger de sa transe, elle se retourna précipitamment et le fixa quelques secondes de ses yeux rouges. Puis elle fonça vers son frère … mais malheureusement celui-ci était toujours dans le même état, en train de vivre ses plus grandes peurs ...
Elle savait que l’autre jeune homme l’observait, elle dit alors d’une voix tremblante, sans se retourner :
Je suis vraiment désolée pour tout ça, mais pourriez-vous m’aider ? J’ai peur, mon frère ne revient pas à lui … »
avatar
Newbie
Newbie
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 17
Date d'inscription : 13/05/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Mer 23 Sep - 18:03

Après avoir averti l’inconnu de la menace que  sa sœur représentait, il se retourna vers elle et essaya de la calmer, en vain… Quelques secondes à peine plus tard des douleurs indécentes commencèrent à se propager à l’intérieur de son corps, d’abord la tête puis allant jusqu’à le faire trembler d’horreur. A ce moment précis Heigan entendit une masse s’écraser au sol, il en déduisit que l’homme caché venait de s’évanouir de douleur et allait à présent vivre ses plus grandes peurs… Heigan savait ce qui l’attendait, il avait déjà vu à l’œuvre le pouvoir tout aussi terrifiant que puissant de sa sœur. Il sentit alors doucement ses sens vaciller, jusqu’à n’être plongé que dans un monde onirique froid et lugubre où la terreur de ceux qui y rentrait régnait en maitre…
Puis le flash, un grand éclair blanc traversa les orbites vides d’Heigan et envoyèrent un signal à son cerveau. D’un coup il reprit conscience, mais quelque chose avait changé… Il n’était plus au chevet de sa sœur souffrante mais dans un monde que aucunes règles ne semblaient régir. Plus étrange encore, Heigan ressentit une sensation qu’il n’avait pas vu ressurgir depuis des années : Il voyait… Il arracha ses bandages avec forces et pu contempler ce monde. D’abord heureux, il déchanta rapidement en ne voyant que du sang et des larmes à ses côtés. Face à lui était placé un imposant miroir au moulures sombres représentant des scènes de l’enfer, Heigan s’en approcha et vis alors une chose qui lui était étrangère depuis sa perte de mémoire : son reflet… En le voyant, Heigan ne pouvait y croire, cela ne pouvait être lui, ou du moins pas entièrement lui. Cette vision d’horreur ne pouvait le représenter, ce visage… cet aspect… ce corps… Tout d’abords ce fut le visage qui choqua Heigan, le visage d’un diable avec deux énormes cornes noires sur le crâne qui surplombait un visage en adéquation. Un visage aux détails plus horrifique les uns que les autres mais d’autant plus détaillé, tout d’abord ses yeux, ses deux grands yeux absents, seulement remplacé par deux orbites vides maculé de sang et de chaire, et pourtant il voyait, et ces deux trous mettaient à eux seuls une impression de malaise et d’observation constante… Plus bas, un sourire déformé par la folie et la torture, un sourire qui laissait seulement apparaitre deux canines pointues qui renforçait le malaise déjà présent. Heigan failli détourner le regard mais il ne pouvait, il ne comprenait pas pourquoi il souriait en voyant cet aspect de lui… Le reste de son reflet semblait relativement normal avec néanmoins cette grande queue pointue, et ce sang… du sang… du sang partout, sur son visage, ses mains, sa chemise… Tout son corps était moucheté de tache de sang frais… Tout d’un coup, apparurent derrière lui cinq personnes, une femme, un homme et trois jeunes gens. Ils avaient tous de grave lésions sur tout le corps et semblait être animé par une haine sanglante et meurtrière…
Un petit rire aigue sortit alors de derrière le miroir, en effet une petite fille était là, assise par terre en tailleur adossée au miroir. Cette dernière riait d’un rire proche de la folie, mais qui semblait néanmoins contrôlé.
- Hihihi… Alors, tu les trouves comment ? Lança la petite fille en sortant de derrière le miroir.
Heigan interpellé par cette fillette la fixa et l’observa longuement… Elle mesurait dans les 1m40 et ne pesait guère plus de 30kg à vue d’œil. Elle avait de longs cheveux châtain avec un petit nœud rose sur un côté de sa tête, un visage enfantin avec de grands yeux vert, un petit nez retroussé, de fines lèvres souriantes et une multitude de grain de beauté éparpillé sur ses pommettes. Elle portait une petite robe d’été rose pâle avec de légères strass blanches qui lui arrivait aux genoux, accompagné de petites bottines rouges. Son aspect donnait envie de s’occuper d’elle et de la protéger, mais Heigan ne pouvait, son aspect horrifique le terroriserait ; il se retourna donc et commença à emboité le pas.
- Tu sais, tu ne me fais pas peur à moi, je te connais mieux que quiconque, j’ai vu les noirceurs de ton esprit mais aussi la gentillesse de ton âme, lança la gamine en direction d’Heigan.
Heigan s’arrêta sur place, comment cette fillette pouvait elle le connaître comme elle le prétendait ? Il revint donc sur ses pas et répondit à la petite
- Qui es-tu ?
- Une amie, répondit la fillette de façon joyeuse
- Comment peux-tu prétendre me connaitre ? Je ne me rappelle pas t’avoir déjà croisé
- Eh ! C’est moi qui pose les questions. Affirma la gamine en regardant Heigan droit dans les « yeux ».
Heigan ne savait pas qui était cette petite fille et cela l’angoissait, mais il décida de la laisser parler, mieux valait ne pas la contrarier.
- Alors vas-y, parle
- D’abord répond à ma question, tu les trouves comment ? Quand elle prononça ces mots, la fillette changea de ton et en pris un beaucoup plus sérieux.
- De qui parles-tu ? Demanda Heigan désemparé
- Des gens que tu as vus avec toi dans le reflet du miroir voyons
L’image des cinq blessés animés par la haine revint alors aux yeux d’Heigan, il ne savait quoi répondre, qu’entendait-elle par « tu les trouves comment ? », et comment savait-elle ? La petite le coupa dans ses pensées.
- Ils sont beau hein ? Une vraie représentation de haine et de violence, une boucherie que seul certains être peuvent commettre… Et tu es l’un d'eux…
Cette phrase glaça le sang d’Heigan, qu’entendait-elle par-là ?
- Qu’est-ce que tu racontes !? Heigan savait que ses crises pouvait le rendre violent mais il ne savait jamais à qui il s’en prenait, ces visages ne lui rappelait donc rien.
- Je vais te montrer, viens…
A l’annonce de ces paroles, tout devint noir… Puis la lumière revient quelques secondes plus tard, Heigan se retrouva debout dans un salon de paysan, la petite assise à côté de lui. Face à lui une famille jouait à la belotte, une atmosphère de paix et de chaleur régnait. Quand tout à coup un deuxième Heigan rentra dans la pièce les mains pleine de sang et assassina sauvagement les cinq membres de la famille. Une fois le massacre terminé, Heigan revint dans le monde onirique où il comprit qui était ces personnes… Elles étaient une partie des gens qu’il avait assassinés de sang froid dans sa folie. Heigan compris alors une chose : sa plus grande peur, ce n’était pas la solitude, la mort ou même la perte de sa sœur, mais lui…
- Alors, tu les trouves comment ? Redemanda la fillette
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir:
Âge du personnage:
Néophyte
Néophyte
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 19
Localisation : Dans mon village perdu
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Mer 23 Sep - 18:50


Débat sous un ciel étoilé...

Ce mal de crâne que l'hybride se tapait... Il n'avait pas ressenti ça depuis le jour où on lui avait effacé la mémoire. Se tenant l'occipital avec le plat de la patte, il se dirigea tant bien que mal vers les deux autres. La jeune fille bizarre était debout, mais son conjoint semblait manifestement dans le même état que lui il y avait encore cinq minute.
L'enchanteresse s'écria soudain, paniquée, après avoir rapidement observé son ami :

- Je suis vraiment désolée pour tout ça, mais pourriez-vous m’aider ? J’ai peur, mon frère ne revient pas à lui …

Il y avait dans sa voix une véritable inquiétude, elle semblait incapable de faire quoi que ce soit. Situation de crise ? Kuma connaît. Oubliant d'un seul coup tout sermon et mal de crâne, il accéléra le pas vers le convalescent et s'accroupit à son niveau. Ses yeux étaient bien cachés d'un épais tissu, impossible donc d'avoir la moindre information à ce sujet. Mais il se tordait de douleur et Kuma n'avait pas besoin de réfléchir longtemps pour comprendre qu'il devait vivre à peu près la même horreur que lui à l'instant.

- J'imagine que le mal est magique ? Demanda l'hybride à l'enchanteresse plus pour lui même que pour poser la question. Karasu, va chercher Sanshoo. Une petite douche sous des flammes purificatrices devraient le remettre sur pied.

- C'est un démon, fit remarquer le corbeau. Je ne suis pas sûr que ça lui fasse tant de bien.

- Sanshoo est un élémentaire du feu, les flammes qu'elle produit sont magiquement neutre. Et c'est notre seule spécialiste en matière de magie.

Le corvidé s'éxécuta alors que Kuma se tourna vers la jeune fille :

- J'ai besoin d'en savoir plus sur ce qu'il subit actuellement. C'est ta panique qui en est à l'origine, c'est ça ? Cela fait quelques temps que je suis à Shinsekai, je commence à être un peu habitué à ce genre d'explication, mais on sait jamais... Je peux par contre t'affirmer que c'est pas une crise de foie.

Il palpa le corps du démon au niveau du bras et du torse. Il était tout tendu et son cœur battait la chamade.

- Ce n'est pas mortel, J'imagine ? J'en ai bien réchappé. Je demande par-ce que j'imagine que vous ne voulez pas que la directrice soit au courant ? Ce serait la même pour moi. Si on peut se débrouiller entre nous, autant éviter d'autre problème...

Il chuchota tout de même à Saru :

- Prépare toi quand même à aller la chercher en urgence, sait on jamais...

Fukuro vint se percher sur l'épaule de Kuma, observant le jeune homme avec curiosité. Kuma savait que le vénérable en savait long sur beaucoup de sujet, mais il lui fallait pas mal de temps pour dénicher l'information nécéssaire. Il ne se préoccupa pas de ce fait d'avoir son avis pour le moment et se tourna plutôt à nouveau pour la sœur du convalescent :

- En attendant la venue de ma salamandre, on peut essayer de l'extirper de sa torpeur avec un choc physique un peu... conséquent. J'ai quelques doses de venins de serpent dilués, on peut espérer que ça le réveille. C'est sans danger, mais il sera groggy à la sortie. Il faut juste que tu me dises ce qui est le plus douloureux ! Mais d'après ce que j'ai subi à l'instant, je pense que c'est tout trouvé...

Kuma attendit sa réponse en gardant un œil sur le malade. Il tirait une vraie sale tronche. L'hybride se demandait à quoi pouvait bien ressembler ses visions...
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir: Ordre animalier
Âge du personnage: 17 ans
Guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 222
Date d'inscription : 07/05/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Mer 7 Oct - 23:07

Après quelques secondes de surprise Suna refit surface, l’homme n’était pas seul, il se baladait avec une horde d’animaux. Merodisuna en fût plus que surprise, elle pensait que ceux-ci étaient interdits dans l’établissement. Le type était quand même un peu étrange, mi-homme, mi- ours, il faisait penser à un gentil grizzli. Il s’adressait tantôt à elle tantôt à ses animaux, Suna sentit tout de suite le danger, quelque chose clochait, et la dernière phrase de l’hybride ne fît qu’accentuer ses craintes.
- En attendant la venue de ma salamandre, on peut essayer de l'extirper de sa torpeur avec un choc physique un peu... conséquent. J'ai quelques doses de venins de serpent dilués, on peut espérer que ça le réveille. C'est sans danger, mais il sera groggy à la sortie. Il faut juste que tu me dises ce qui est le plus douloureux ! Mais d'après ce que j'ai subi à l'instant, je pense que c'est tout trouvé...
- oh oh oh STOP !
Merodiasuna, s’interposa entre l’homme ours et son frère.
-personnes ne touchent à mon frère, compris ? Je ne sais pas ce que tu prépares avec tes animaux, Balou, mais tu vas tout de suite oublier ton plan. J’ai bien vu ta mine conspiratrice quand tu t’adressais à tes amis, mon loup et moi avions la même lorsqu’on préparait une mauvaise blague à Heigan. Donc on va gentiment discuter jusqu’à ce qu’il revienne à lui. J’aime beaucoup parler, d’ailleurs, tu ne t’ais pas présenté ! Tu sais que c’est interdit par le règlement d’être sorti à cette heure. Si la directrice nous voyez nous nous ferions disputer, et c’est la faute de toi et d’Heigan. Je m’explique, c’est mon frère le démon, il s’appelle Heigan, il veut qu’on quitte cet endroit car il a peur de faire du mal aux autres. Je ne le comprends pas trop, car il ne m’a jamais vraiment rien fait. C’est un frère comme les autres, bon il est un peu violent sur les bords quand je l’embête mais pas de quoi en faire un drame. C’est un altruiste, jamais il ne ferait de mal à une mouche, la preuve, si tu es réveillé c’est parce que mon idiot de frère a fait tout pour capter mes pouvoirs.  Par conséquent si tu ne nous avais pas espionnés, je serais déjà surement au chaud dans mon lit, et je ne risquerais pas de passer pour une mauvaise élève qui fait le mur un soir de pleine lune.  Ensuite, tu savais qu’il était mal poli de faire peur aux gens. Je suis sur qu’à l’heure actuelle tu te dis que je suis une grosse folle qui des éléments les uns après les autres sans aucun sens. Et tu aurais totalement raison, car je suis angoissée, se que j’ai fais, ce n’est pas bien du tout, j’aurais du pouvoir me contrôler. Avant j’y arrivais mais depuis qu’on est ici c’est plus compliqué. C’est pour ça aussi qu’Heigan veut partir, il pense que si j’étais avec mon loup, je serais moins dangereuse pour les autres. Il me manque tu sais, mon loup, tu dois le comprendre, vu le nombre d’animaux qui t’accompagne. Je suppose que c’est ta seule famille désormais. Moi c’est Heigan, sauf qu’il ne comprend pas que j’aime cet endroit, on y apprend pleins de choses. Les gens nous comprennent, ils sont comme nous. Es que tu aimes la musique ? Moi j’adore ça, et c’est grâce à ça que je reste positive et assez calme sans mon loup. C’est aussi grâce à elle, que j’ai retrouvé Heigan dans la forêt. J’adore mon frère, et je sais que si je refuse de partir il restera juste pour moi. C’est égoïste de ma part de vouloir rester ici ? Qu’en penses-tu ? Tu sais quand on vivait dans la forêt, dès qu’il pleuvait mon loup sentait le chien mouillé, mon frère détestait ça mais il aimait mon loup. Après je ne suis pas totalement sur que c’était réciproque hi hi hi.
Suna se rendit compte que son stress avait prit le dessus, elle plaqua une main sur sa bouche, inspira, se redressa et dit d’un ton plus sérieux :
-En conclusion, tu ne toucheras pas à un cheveu de mon frère, si tu tiens à ton entre-jambes car je peux être assez violente quand on s’attaque à ma famille.
Après avoir lentement dit le dernier mot de sa phrase, Suna remarqua le sang qui coulait le long de ses jambes, elle avait du tomber, et s’ouvrir méchamment les genoux. Elle retira ses chaussures et ses chaussettes hautes déchirées, alla vers la fontaine, et imprégna ses belles chaussettes noires d’eau afin de désinfecter ses plaies, et s’en fit deux bandages, un à chaque genoux puis alla s’assoir au près de son frère et se mit à fredonner.
avatar
Newbie
Newbie
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 17
Date d'inscription : 13/05/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Sam 10 Oct - 18:08

Heigan quant à lui, pendant que les deux autres discutent, continus de sombrer dans ses peurs les plus profondes et les plus violentes…

- Alors, tu les trouves comment ? Redemanda la fillette…
- Ces gens… je l’ais est… Je… Je suis un monstre… Lança Heigan empreint à l’horreur face à ses propres mains aspergées du sang d’innocents. Jusqu’alors il n’avait jamais eu conscience de la gravité des crimes qu’il avait perpétués durant ses phases de folie. Et cette partie noire de son esprit rassortissait  aujourd’hui face à lui, dans ses plus grandes peurs… Il s’assit sur le sol en contemplant tout ce sang autour de lui, et ne savait quoi penser…
- C’est vrai tu es un monstre, tu as beaucoup tués et jamais tu ne t’ais repenti, tes mains sont maculées de sang frais et tu n’as jamais essayé de guérir ta folie. Peut-être est-ce par ce qu’au fond tu aimes faire souffrir, non ? Ton esprit est comme la Lune, parfois aussi blanc qu’une lumière divine, et parfois aussi noir que les tréfonds des enfers…
La petite fille ne retenait aucune de ses paroles et pointait du doigt la noirceur au fond du cœur d’Heigan. Ce dernier quant à lui ne savait comment réagir, pourquoi lui montrait-elle ces images ? Pourquoi le faisait-elle souffrir ? Pourquoi existait-elle… ?
- Qui es-tu… ? Lâcha Heigan avec un ton qui faisait ressentir toute sa peur.
- Tu te poses encore cette question ? Te-ferais-je plus peur que tu ne te fais peur à toi-même ? Répondis la fillette en s’asseyant près de lui
A ce moment-là, Heigan releva la tête et contempla l’enfant face à lui, elle s’était assise par terre, les genoux au niveau du menton, et les mains autour de ses jambes. Elle attendait sa réponse avec un grand sourire et une impatiente certaine.
- Pourquoi fais-tu ça… ? Demanda Heigan avec le même ton triste.
A l’entente de ces mots, l’expression du visage de la gamine changea quelque peu, cette réponse ne semblait pas être celle qu’elle attendait et cela se traduisit par l’apparition d’un visage beaucoup plus fermé
- T’es pas drôle à jamais répondre à mes questions… Si c’est comme ça je te parle plus ! Lança la petite en tournant la tête vers le miroir.
Heigan ne compris pas cette petite fille, elle qui jusque-là le poussait à bout, semblait maintenant lui faire la tête. Son caractère enfantin semblait avoir repris le dessus, mais Heigan ne voulait rien lâcher, il voulait savoir qui était cette fille et pourquoi faisait tout ça.
Heigan n’eu pas le temps de reposer ca question que la petite fille le regardait à  nouveau droit dans les « yeux »
- Si tu veux tant savoir qui je suis, dis-moi d’abord, qui es-tu toi ? Répliqua la fillette avec un grand sourire.
Qu’entendait-elle par-là ? Comment ça qui était-il ? Devait-il répondre qu’il était un monstre, qu’il était surement fou, ou bien que c’était un homme sensé et gentil ?
- Tu me l’as dit toi-même, tu sais très bien qui je suis… Répondit Heigan face au regard de la petite fille
- C’est vrai, je le sais, mais toi le sais-tu ? Tu n’es pas comme le commun des mortels, tu es fait d’un mélange de bonté et d’horreur assez particulier, mais a ton avis quel côté a pris le dessus ? Demanda la fillette en se rapprochant un peu plus d’Heigan.
- Non je ne suis pas un monstre, je ne ferais jamais de mal à quelqu’un consciemment ! Rétorqua Heigan sans aucune hésitation
- En es-tu bien sûr ?
A ce moment précis, le visage de la fillette se tenait a à peine quelque centimètres du siens, et d’un coup tout disparu, tout, sauf eux deux… La gamine se rapprocha encore plus près et lui glissa discrètement à l’oreille :
- Je te laisse juger par toi-même…
Tout réapparut en quelques secondes, rien ne semblait avoir changé, Heigan ne comprenais pas ce qu’il venait de se passer. La petite, toujours collé à lui, lui chuchota tendrement :
- Je vais te montrer les pires choses que ton esprit a pu imaginer, ainsi tu pourras voir si tu es bien celui que tu penses… Hihihihi
Puis elle disparut dans un nuage de poussière, seul subsistait son petit rire enjoué…
Tout commença alors à tourner autour d’Heigan, les couleurs devinrent sombre, les formes floues, puis tout à coup le noir complet… Il ressentit la sensation de tomber dans un trou sans fin, comme attiré par quelque chose de mauvais mais de terriblement grisant, une chose qui avait toujours été présente au fond de lui…
Il rouvrit les yeux dans une grande cellule, face à lui, une jeune fille dont il ne voyait pas le visage était recroquevillé dans un coin et semblait terrifié par son environnement… Il s’approcha doucement d’elle et essaya de la réconforter comme il pouvait, mais ses paroles ne pouvaient l’atteindre, en effet il n’était qu’un esprit dans une de ses plus vieilles peurs et ne pouvait donc pas interagir avec cette pauvre âme en détresse. Au bout de quelques minutes, un homme rentra dans la salle, un sourire diabolique sur le visage le rendait térrifiant…
- Bonjour ma petite Suna, et bienvenue, tu vas maintenant vivre, ici… J’espère que ça te plais. Lança l’homme avec un ton qui glacerait le sang à n’importe qui.
En entendant ces paroles Heigan devint fou, cette fille terrifiée était sa sœur, celle qu’il avait juré de protéger, même au prix de sa vie.
- Bon, nous t’avons laissé deux jours seules pour que tu t’habitus, maintenant les choses sérieuses vont commencer… Je te pris de bien vouloir me suivre, je vais t’emmener voir quelqu’un qui a très envie de te voir, il t’a tout de suite voulu pour lui tout seul quand il t’a vu pour la première fois, tu as beaucoup de chance… Expliqua l’homme
- Laisser moi rentré chez moi… Pitié… Laisser moi retourner auprès de ma famille… Répondit Suna en sanglotant dans son coin
Heigan était en train d’exploser, il était témoin d’une scène horrible et ne pouvais rien n’y faire, il essaya désespérément de se convaincre que tout cela était faux, et fis tout pour ne pas regarder ou écouter….
- Mais voyions il ne faut pas avoir peur, tu vas juste passer quelque heures en tête à tête avec le docteur pour qu’il « t’examine », il veut juste s’amuser… Pas de quoi avoir peur… Expliqua l’homme avec un grand sourire menaçant
- Non je veux pas !!! Laisser moi partir! Répliqua Suna avec une certaine violence
Heigan quant à lui devenait fou de voir ça…
- Bon allez on va pas jouer à ça longtemps, maintenant tu viens ! Répondit l’homme en attrapant Suna par les cotes et en la soulevant. Putain je sais bien qu’il aime les sauvages, mais il pourrait au moins aller les chercher lui-même… Marmonna l’homme
L’homme sortit de la pièce, Suna sur le dos… Heigan ne pouvait laisser sa sœur seule mais e pouvait non plus les suivre sans perdre encore plus la raison, mais il y alla, c’était plus fort que lui…
L’homme emmena Suna dans une pièce des plus intrigantes, dans cette pièce il n’y avait qu’un petit bureau et un anneau de métal encastré dans le plafond. L’homme posa Suna par terre et lui attacha les mains ensemble, avec une grosse corde, puis attacha la corde à l’anneau, ce dernier se trouvait à la hauteur parfaite pour que la corde oblige Suna à garder les bras en l’air…
Heigan en voyant cette scène eu envie de tuer l’homme et de le faire souffrir come jamais… mais il ne pouvait.
- Voilà c’est pas trop tôt, la prochaine fois je laisserai quelqu’un d’autres aller te chercher, je veux pas de nouvelle griffures. Dit l’homme en enlevant la sueur sur son front. Bon maintenant je te laisse, il va arriver…
L’homme sortit de la pièce alors que Suna quant à elle pleurait à chaudes larmes attaché à la corde au milieu de la pièce… Heigan lui était à coté et s’en voulait atrocement de ne pouvoir aider sa sœur, bien que ce ne fût qu’une illusion, il ne pouvait la laisser souffrir.
Un autre homme rentra alors dans la pièce, beaucoup plus grand que le premier, il semblait néanmoins beaucoup plus sadique…
- Pile à l’heure ! Lâcha l’homme. Je t’attendais, je suis sûr que l’on va très bien s’amuser toi et moi…
- Pourquoi faites-vous ça… ? Demanda Suna entre deux sanglots.
- Bah disons que j’ai une petite préférence pour les petites jeunes… Mais nous ne sommes pas là pour discuter, donc excuse-moi mais je vais te mettre ça pour que tu ne puisses plus parler… L’homme s’approcha de Suna, un rouleau de scotch à la main…
Suna ne pouvait rester sans rien faire et donna un grand coup de pied à l’homme en criant :
- Allez-vous-en !!!
- Sauvage… J’aime ça… L’homme revint vers Suna et l’a bayonna une bonne fois pour toute. Voilà c’est mieux comme ça…
A ce moment-là Heigan sauta sur l’homme mais passa à travers son corps, il ne pouvait toujours pas intervenir…
- Je te l’ais dis, tu vas voir ce que ton esprit à imaginer de plus horrible…
Ces quelques mots retentirent aux oreilles d’Heigan, c’était la petite fille, où était-elle ? Pourquoi ne la voyait-il pas ?
Heigan préféra oublier ses paroles et se retourna vers sa sœur, et là il fit témoin d’une chose horrible, une chose qu’il aurait préféré ne jamais voir…
des larmes coulaient dans ses yeux…
Puis tout  coup, le noir complet, encore cette impression de tomber, contrairement à la première fois Heigan étais heureux de quitter cet enfer…
En tombant la petite fille revint vers lui
- Alors, comment l’as-tu trouvé ? Ta si gentille petite sœur… Demanda la fillette…
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir:
Âge du personnage:
Néophyte
Néophyte
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 19
Localisation : Dans mon village perdu
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Dim 11 Oct - 18:06


Débat sous un ciel étoilé...

- oh oh oh STOP !

Kuma s'interrompit. Il avait vu, à mesure de son analyse, le visage de son interlocutrice virer au rouge puis au vert. Il la regarda, interrogateur. Sa solution ne lui plaisait pas ?

Kuma n'aurait pas dû se mettre dans une éthique d'écoute. Non. Le monologue le plus long de sa vie. La fille avait déblatéré a une vitesse si rapide des informations sans grand rapport entre elles qe Kuma avait l'impression qu'elle se retenait depuis des années de parler et qu'elle venait de craquer.

A la suite de cette interminable tirade, il y eu un blanc de quelques secondes. Il se retenait de rire devant le ridicule de la situation : elle lui parlait de loup mouillé devant son frère, inconscient, à ses pieds !

-En conclusion, tu ne toucheras pas à un cheveu de mon frère, si tu tiens à ton entre-jambes car je peux être assez violente quand on s’attaque à ma famille.

S'en était trop. Kuma se mit à rire convulsivement sous le regard désapprobateur de Fukuro et Hebi. Il voulait à tout prix s'arrêter, mais rien à faire, c'était impossible. Il savait qu'il se couvrait de ridicule, il se le répétait, mais même ce point n'y changeait rien. Dommage que Karasu ne soit pas là lui aussi, il se serait senti moins seul.

Après 2 bonnes minutes de fou rire, il réussit enfin à se contrôler, se racla la gorge et adopta le ton le plus sérieux possible (bin qu'il gardait un rictus menaçant à tout moment d'exploser) :

- Hum, je te demande de bien vouloir m'excuser, mais c'était plus fort que moi ! Ce n'était ni pour me moquer, ni par ce que l'état de ton frère ne me fasse rire, mais parce que la situation ne collait pas trop avec ton discours.

Il reprenait contenance. Le sourire disparût enfin de ses lèvres, mais il s'assit néanmoins sur le sol, en adoptant une posture adaptée à la diplomatie.

- Bon, ma petite, déjà, sache que je respecte ton choix. C'est idiot et il t'en voudra sans doute à la sortie de n'avoir rien fait, mais c'est ton choix. Ensuite, tu me vois attristé que tu puisse croire que je suis du genre à faire de mauvaises blagues :  je n'ai aucunement l'intention de faire du mal à ton frère, au contraire, je veux l'aider. D'autant plus que je sais ce qu'il doit être en train de subir et que je me suis rendu compte que ça faisait pas du bien.

Kuma ferma les yeux un instant à l'évocation de ce douloureux souvenir. Il se promit de garder Hideo à distance pour les prochains jours.

- Tu as peut-être mal compris ce que je voulais faire, mais j'y reviendrai après. Quoi d'autre ? Ah : je sais que le règlement est le règlement, mais il va falloir te faire une raison : il n'est que très rarement respecté, surtout pour des règles aussi aisément détournable que le couvre feu. Par ailleurs, j'espère bien que la directrice ne m'empêche pas de quelque manière que ce soit à me mouvoir librement, sinon je repart aussi sec en forêt. Et oui, il est vrai que je suis quelque peu responsable des événements qui surviennent, mais je ne voulais pas te faire peur. Tu es un brin émotive tu sais ! Mais vous êtes là pour ça, apprendre à canaliser vos pouvoir. Moi, je ne pose aucun problème dans ma petite forêt, et j'y serais heureux, mais si tu as tant de mal à te maîtriser, je pense que le meilleur endroit où tu puisses être, c'est ici. J'essayerai de convaincre ton frère à son réveil.

Le susnommé eu soudainement un râle de souffrance : son rêve ne devait guère être recommandable.

- Tu es sûr que tu ne veux pas que je fasse quoi que ce soit ? Tenta-t-il. Si tu me dit qu'il a prit sur lui la majeure partie de ton pouvoir en pleine tête, il doit être en train de méchamment souffrir, et ce inutilement. Sasori ? Dit-il en s'adressant à sa botte.

Le petit scorpion en sortit, intrigué, lui qui ne quittait que rarement son terrier.

- Petite, je te présente Sasori, expliqua-t-il à la jeune fille. C'est un Leiurus quinquestriatus, aussi appelé rôdeur mortel. Il est beau, hein? Dit-il en caressant amoureusement le petit arachnoïde jaune vif. Et il a la particularité d'injecter un venin neurotoxique contenant de la charybdotoxine. Cette toxine agit sur le système nerveux, provoquant une paralysie partielle des membres menant, DANS LES CAS LES PLUS EXTRÊMES, à la mort. Dans le cadre d'une attaque magie de type illusion totale, comme tu en as fait usage, le cerveau est en proie à une activité hors norme: les échanges cellulaires ont lieu à une vitesse multiplié par dix, entraînant souvent un évanouissement dû au changement brutal de condition extérieure. Mon objectif, en introduisant ce venin dans le système nerveux de ton frère, c'est de ralentir son activité cérébrale, par paralysie partielle du dit système. Ainsi, l'illusion se fera beaucoup moins importante, et il pourra se réveiller si son cerveau n'est pas atteint d'un quelconque autre mal. La difficulté réside dans son réveil. Il aura une douleur aigüe localisée au niveau de la piqûre et un sacré mal de crâne. C'est pourquoi Sanshoo sera là pour lui redonner un coup de peps par apport en énergie démoniaque via le feu magique qu'elle peut générer. Il n'y a aucun risque, j'ai déjà soigner des cas plus grave. L'autre solution, c'est d'attendre que ton frère se réveille en l'observant se tordre de douleur et en priant pour que personne ne nous voit en plein délit de non assistance à personne en danger. C'est toi qui voit.

Un bruissement d'aile à peine audible lui fit tourner la tête: Karasu était en vue, la salamandre sur son dos. Il sourit. Si la petite voyait l'intérêt de son action, tout cela sera bientôt terminé.

- Ah au fait! Ajouta-t-il. Moi c'est Kuma, et je tiens à te rassurer, mon entrejambe est au dessus de tout danger venant de ta part. Et toi?

avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir: Ordre animalier
Âge du personnage: 17 ans
Guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 222
Date d'inscription : 07/05/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Dim 11 Oct - 22:26

Rester calme, rester calme, rester calme, et puis zut non ce Kuma ne méritait pas qu’elle reste calme une seconde de plus.
« Mais vous êtes qu’un abruti fini ! Ecartez-vous de mon frère immédiatement ! » Non stop, Suna était trop gentille elle vouvoyait un assassin potentiel, or le vouvoiement est une marque de respect, et du respect, elle n’en avait aucun pour cet individu.
« Je m’appelle Merodiasuna, et toi tu ne sais rien de moi et surtout tu ne connais pas mon pouvoir, moi si. Je suis sur et certaine que ma décision est la meilleure, okay ? Tu as l’air de te prendre pour le roi du monde ici parce que tu arrives à te contrôler. Tu ne sais pas se que moi et mon frère avons vécu. Tu sais se que ça fais de retrouver son frère en pleine forêt et de s’apercevoir qu’il a l’apparence du diable et qu’il est aveugle. Plus jamais, nos regards se croiseront mais il est en vie et c’est l’essentiel c’est pour cela que tu ne le toucheras pas, espèce d’ours sans cervelle. »
Suna essayait de rester calme malgré tout, mais cet homme l’avait mise hors d’elle. De quel droit se permettait t’il de se moquer d’elle, de portait un jugement négatif sur ces décisions. Ce type était peut-être misogyne ou alors il la prenait pour une enfant sans cerveau. Quoi qu’il en soit elle n’allait pas se laisser faire ou se laisser amadouer par cet homme et ses bestioles.
Quand Kuma dit « Et oui, il est vrai que je suis quelque peu responsable des événements qui surviennent, mais je ne voulais pas te faire peur. Tu es un brin émotive tu sais ! Mais vous êtes là pour ça, apprendre à canaliser vos pouvoirs. Moi, je ne pose aucun problème dans ma petite forêt, et j'y serais heureux, mais si tu as tant de mal à te maîtriser, je pense que le meilleur endroit où tu puisses être, c'est ici. J'essayerai de convaincre ton frère à son réveil. » Ca en fut trop pour Suna, un brin émotive, c’est mieux que tu restes ici, mais il se prenait pour qui !
« Tu sais quoi Balou, quand mon frère se réveillera il me donnera raison, et si tu veux tout savoir, je m’en veux terriblement de le savoir là par ma faute. Je suis peut-être émotive mais je pourrais aussi très bien vivre dans la forêt, car mon pouvoir me protège des gens comme toi, surtout par nuit de pleine lune. D’ailleurs, tu devrais faire attention à toi, vu que je ne me maitrise pas comme tu l’as dis précédemment, je pourrais te renvoyer dans ton monde de peur. »
Okay, elle avait peut-être été un peu dure mais elle détestait qu’on l’a juge sans la connaitre c’était plus fort qu’elle. Il fallait vraiment qu’elle se mette au yoga.
Les animaux de Kuma l’intriguaient comme même, ils parlaient entre eux avec une forme de dialecte assez incompréhensible mais cela titillait la curiosité de la jeune enchanteresse. Son attention fût de nouveau attirée par son pauvre frère qui se tordait de douleur. Depuis que son pouvoir c’était déclenché, Merodiasuna faisait tout pour retenir, le flux de vison qui s’attaquait à son esprit. Il ne fallait pas qu’elle se laisse avoir, elle ne voulait surtout pas assister aux peurs d’Heigan.
« Concentres toi Suna, concentres toi » s’encouragea-t-elle.
Un mouvement furtif d’un des animaux, permit à Suna de se recentrer sur sa conversation avec sir Kuma, l’homme qui savait tout mais dont l’intelligence était aussi peu élevée que celle d’un râteau. Suna savait que d’ici quelques minutes son frère allait se réveiller, elle devait donc avertir Kuma que malgré tout, lui et elle était en danger en restant près de son frère.
« Etant donné que ta capacité de réflexion et limité, je vais t’expliquer quelque chose très simplement, mon frère peut avoir quelques pulsions meurtrières, et son pouvoir est assez puissant donc si tu tiens à la vie tu ferais bien de me suivre pour qu’on se mette à l’abri car comment te dire … après avoir vécu ses pires peurs il est possible qu’il déclenche malencontreusement son pouvoir démoniaque… »
Elle sourit à l’ours et fonça se mettre à l’abri à une quinzaine de mètres derrières des arbres.
avatar
Newbie
Newbie
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 17
Date d'inscription : 13/05/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Sam 17 Oct - 16:45

- Alors, comment l’as-tu trouvé ? Ta si gentille petite sœur… Demanda la fillette…
Elle était revenue, elle, la petite fille à l’air innocent qui lui faisait voir des scènes plus horribles les unes que les autres. Heigan était là, il tombait dans ce trou sans fin, avec pour seule pensée, les images horribles dont il venait d’être témoins… Les cris de sa sœur hantaient son esprit, il ne bougeait pas… Traumatisé par ce qu’il venait de voir…
- Eh ! Tu m’écoutes ??? Lança la gamine
Mais les paroles de l’enfant ne parvenaient pas aux oreilles d’Heigan, seul subsistait les sons des bruits horribles qu’il avait entendu…
- Ouhouh ? Il y a quelqu’un ??? C’est pas le moment de roupiller mon grand ! Insista la fillette.
- C’est ta faute… C’est toi qui lui a fait tout ça… Marmonna Heigan les dents serrés et des cris plein la tête.
La petite fille, collé au corps d’Heigan, n’entendis qu’un petit grognement de mauvais augure…
- Qu’est-ce que tu racontes ? Il faut parler plus fort. Répondit la petite fille en souriant
- Toi… Je… Je vais te… Je vais te tuer…  Lança Heigan d’un ton menaçant, proche de la folie…
Pour la première fois depuis sa sortie du laboratoire, Heigan aurait voulu entrée dans une de ses crises de folie, juste pour pouvoir faire souffrir cette sale gamine… Et pourtant rien, ça ne venait pas… Mais Heigan ne voulait rien lâcher…
- Mais qu’est-ce que tu dis ? S’interpella l’enfant
Heigan saisit alors la petite par la gorge et commença à resserrer ses mains, il n’avait pas été difficile de la saisir vue que cette dernière s’était collé à lui dans leur inexorable chute.
- Tu as osé lui faire du mal… tu n’aurais jamais du…
La petite fille qui jusqu’à lors commençait à suffoquer, s’arrêta tout d’un coup… Un sourire apparut sur son visage et elle lança d’une voie tendre près de l’oreille d’Heigan :
- Alors tu comptes me tuer moi aussi…
Quand Heigan entendit ses paroles, la pression effectuée par ses mains diminua légèrement… Il était exactement en train de devenir le monstre qu’elle décrivait depuis maintenant un bon moment. Mais alors que devait-il faire, continuer à l’étrangler ou la lâcher ? Au bout de quelques secondes il la lâcha lentement…
- Pourquoi tu me fais tout ça… ? Demanda Heigan en se tenant la tête dans les mains
La petite étais là et le regardais à nouveau le sourire aux lèvres, aucune marque de son étranglement n’était apparu, comme si de rien n’était…
- Pourquoi je fais quoi ? Retorqua la fillette
Heigan releva alors la tête en entendant cette réponse, et là le choc, il était revenu dans le monde onirique avec pour seul meuble le miroir boisé au centre de la plaine. Que c’était-il passé ? Pourquoi était-il à nouveau là ? Tout ça n’était donc qu’une illusion, ce n’était pas possible, tout était si réel…
- Non ce n’était pas une illusion, tu n’as pas rêvé, mais je n’y suis pour rien, je n’ais fais que te montrer une infime partie du noir de ton esprit…
Heigan ne comprenait plus rien… Et tout d’un coup tout commença à tourner autour de lui, les couleurs devenaient fades, la lumière s’assombrissait… Ca cécité était revenu, il ne pouvait plus voir le visage de cet enfant, il n’entendait que ça voix… Puis un énorme mal de crâne, il se sentit s’écrouler au sol et la petite fille s’éloigner de lui…
- Il semblerait que notre temps de jeu sois déjà finit, on se reverra bientôt donc ne m’oubli pas d’ici là. Expliqua la fillette en retournant près du miroir en sautillant. Et en fait pour répondre à une de tes questions, moi c’est Louise… Salut !

Heigan, jusqu’alors étalé sur le sol devant la fontaine venait enfin de se réveiller… Comme après un mauvais rêve il releva le haut de son corps de suite, les membres tremblants, le front en sueur…
- Louise… Marmonnas-t ’il…
Après quelques secondes il avait enfin reprit ses esprits, il se souvenait de ce qu’il s’était passé avant qu’il ne s’évanouisse à cause du pouvoir fulgurant de sa sœur. D’ailleurs en parlant de ça, sa sœur, ou étais sa sœur ? Etait’ elle en sécurité ou l’homme caché derrière la fontaine lui avait il fait du mal ?
Il sentit alors une présence au-dessus de lui…
- Suna c’est toi ? Demanda Heigan
Mais à la seconde après avoir posé cette question, il sentit une odeur animal ultra concentré, la même qu’il avait senti derrière la fontaine. Que faisait cet homme-là ? Et où diable était sa sœur ?
Mais étrangement cet homme ne l’apeurait pas, il semblait être un homme imposant mais tranquille, tel un gros ourson
- Eh toi là, l’animalier, ça va mieux ? Tu as du te prendre le pouvoir de ma sœur en pleine tête, d’ailleurs désolé pour ça, il lui arrive d’être un peu excessif mais elle n’est vraiment pas méchante, c’est une fille super… J’espère que vous vous êtes pas embrouillé à cause de moi. J’ai juste un truc à te demander… Où est-elle ? En posant cette dernière question Heigan changa complétement de ton, si cet homme avait fait du mal à sa sœur, Heigan ne répondrait plus de rien…
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir:
Âge du personnage:
Néophyte
Néophyte
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 19
Localisation : Dans mon village perdu
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Dim 18 Oct - 12:09


Débat sous un ciel étoilé...

- Mais vous êtes qu’un abruti fini ! Ecartez-vous de mon frère immédiatement !

Il ne sût pourquoi, mais Kuma se doutait d'une telle réaction. Il esquissa un demi-sourire en hochant légérement la tête de manière négative tout en écoutant son interlocutrice.

- Je m’appelle Merodiasuna, et toi tu ne sais rien de moi et surtout tu ne connais pas mon pouvoir, moi si. Je suis sur et certaine que ma décision est la meilleure, okay ? Tu as l’air de te prendre pour le roi du monde ici parce que tu arrives à te contrôler. Tu ne sais pas se que moi et mon frère avons vécu. Tu sais se que ça fais de retrouver son frère en pleine forêt et de s’apercevoir qu’il a l’apparence du diable et qu’il est aveugle. Plus jamais, nos regards se croiseront mais il est en vie et c’est l’essentiel c’est pour cela que tu ne le toucheras pas, espèce d’ours sans cervelle !

Allon allons, il ne fallait pas s'énerver de la sorte. Cette petite devait vraiment apprendre à contrôler ses émotions. Il se demandait s'il existait de tel cours à Shinsekai ; il lui faudrait demander à Ryuku.

Karasu vint se poser aux pieds de Kuma, déposant délicatement son fardeau sur le sol. La salamandre tirait sa tête des mauvais jours et s’apprêtait à sortir une réplique cinglante avant d'être coupée dans son élan par la jeune enchanteresse toujours dans son trip négationniste.

- Tu sais quoi Balou, quand mon frère se réveillera il me donnera raison, et si tu veux tout savoir, je m’en veux terriblement de le savoir là par ma faute. Je suis peut-être émotive mais je pourrais aussi très bien vivre dans la forêt, car mon pouvoir me protège des gens comme toi, surtout par nuit de pleine lune. D’ailleurs, tu devrais faire attention à toi, vu que je ne me maitrise pas comme tu l’as dis précédemment, je pourrais te renvoyer dans ton monde de peur.

Bouh, c'était effrayant ! Kuma garda sa langue dans sa poche, de peur de trop ressembler à son ex-colocataire. Il se mit à la place de la jeune fille : elle essayait de se rassurer comme elle pouvait, ça ne devait pas être facile tous les jours, un tel pouvoir. Si son contrôle de soi devait passer par des menaces de mort dans le but de s'affirmer, très bien. Tant qu'elle ne les appliquait pas.

Kuma, dans l'immédiat, se savait parfaitement protégé d'une nouvelle attaque mentale, Sanshoo et Sasori étant à ses côtés. Ils n'hésiteraient pas, eux, à lui faire ce qu'il voulait faire au gisant au sol.

- Etant donné que ta capacité de réflexion et limité, je vais t’expliquer quelque chose très simplement, mon frère peut avoir quelques pulsions meurtrières, et son pouvoir est assez puissant donc si tu tiens à la vie tu ferais bien de me suivre pour qu’on se mette à l’abri car comment te dire … après avoir vécu ses pires peurs il est possible qu’il déclenche malencontreusement son pouvoir démoniaque…

Alors que Kuma s'attendait à une nouvelle riposte conglante qu'il était prêt à encaisser sans broncher, la petite eut une réaction des plus étrange : elle fuit à toute vitesse la scène pour se cacher dans des fourrés. Kuma, Karasu, Sanshoo, Tout le monde accusa le coup sur l'instant : Cette réaction ne collait pas du tout avec le reste de ses propos.

- Ah là là, pauvre petite... marmonna l'hybride dans sa barbe.

- Bon alors, s'impatienta Sanshoo, c'est pour ça que tu m'a fais venir ? Voir une gamine moitié moins grande que toi te traiter comme le plus bas des poissons et s'enfuir à toute jambe sans aucune raison ? Avec un pauvre homme souffrant qui mériterai bien un petit coup de peps ? Ou bien était-ce dans le but de t'assister lors d'une opération chirurgicale de haut vol ? Oh et bonjour Fukuro. Comment cela va depuis le temps ?

L'hibou répondit d'un ton quelque peu pincé, mais avec néanmoins un sourire indiscernable au bec.
Kuma sourit. Lui aussi. La vénérable salamandre ne changeait pas, et son ton de bonne femme qui en avait vu des vertes et des pas mûres était toujours aussi réconfortant. C'était l'énergique grand-mère imperturbable du groupe, un peu à l'opposée de Fukuro, noble et solennel.

- L'idée est plus proche de la deuxième proposition, Sanshoo, je comptais sur Sasori pour tirer le pauvre gars de son illusion et que tu le remette d'aplomb par la suite. Mais de toute façon, la gamine m'a interdit de toucher à son frère, alors...

- Comment ça, elle t'as interdit de sauver son frère ? S'insurgea la salamandre. C'est la meilleure ! Tu lui as dit comment tu comptais procéder ou tu t'es contenté de mettre le ch'tiot sur son visage, sans un mot ?

- Non non, je lui avais tout expliqué, mais rien à faire. On n'a plus qu'à attendre qu'il se réveille.

- Non mais dis donc ! S'exclama-t-elle. Tu m'as cru sans assez de cœur pour voir quelqu'un souffrir sans rien faire ? Tu te goures mon petit ! Sasori, réveille-le, on va le revigeorer, comme ce grand dadais lors du jour Sombre !

- Attends Sanshoo, s'interposa Kuma en tentant de calmer ses ardeurs. Je sais qu'on l'a fait sur moi un bon paquet de fois et sur d'autre, mais si elle dit que ce n'est pas possible, c'est sans doute pour une bonne raison !

- Foutaises ! Cette technique on l'a mise au point quand tu étais au bord de la mort, envoyé au tapis par le mercenaire des laborantins ! Crois moi, si ça a marché sur toi ce jour là, ça marche sur n'importe qui ! Allez, pousse-toi ! Et si jamais elle fait des siennes, tu diras que j'ai échappée à ton contrôle !

- Ce qui a toujours été le cas, quelque part... marmonna Kuma le sourire aux lèvres alors que Sasori emboîtait le pas du vieux reptile.

Soudainement, le corps de l'individu se dressa d'un bond, provoquant une crispation extrême chez Hebi et un réflexe unanime chez chacun, à savoir adopter sa position de combat appropriée.

- Louise… éructa t-il.

Kuma fit un signe discret mais autoritaire à chacun afin de s'éloigner légèrement du malade, afin d'éviter une nouvelle crise émotionnelle en tombant nez à nez avec un scorpion.

L'homme avait triste mine, il était recouvert de sueur, et ses membres tremblaient à toute vitesse. A se demander comment parvenait-il à rester assis.

- ça va mon gars ? Demanda l'hybride un peu hasardeusement.

- Suna c’est toi ? Répondit l'interrogé.

Il n'était pas encore parfaitement remis. Il lui fallait quelques secondes, durant lesquelles chacun le regarda en retenant son souffle.
Enfin, après ce petit laps de temps, il demanda :

- Eh toi là, l’animalier, ça va mieux ? Tu as du te prendre le pouvoir de ma sœur en pleine tête, d’ailleurs désolé pour ça, il lui arrive d’être un peu excessif mais elle n’est vraiment pas méchante, c’est une fille super… J’espère que vous vous êtes pas embrouillé à cause de moi. J’ai juste un truc à te demander… Où est-elle ?

Kuma lui sourit amicalement. Ce type lui plaisait déjà. A peine sortit de son cauchemar, son premier réflexe était de s'inquiéter de l'état de Kuma. Grande vertu.

- Eh bien mon gars, lui répondit Kuma, tu reviens de loin ! Ça me fait plaisir de te voir en meilleure forme. J'ai effectivement eu droit à mon lot de souffrance, mais vu ta tête, c'était rien comparé à toi. Allonge-toi, récupère un peu, tu es en sécurité maintenant, ta sœur aussi.

Il se tourna derrière lui, et cria à la cantonade :

- Eh Merodiasuna ! Ton frère vient de se réveiller !

Puis de nouveau au susnommé :

- Elle est partie en courant en anticipant ton réveil. Tu es de si mauvais poil avec elle le matin ?

Il lui sourit, avant de l'interroger :

- Au fait, si tu veux, je connais un moyen de te remettre d'aplomb ! Je connaissais aussi un moyen pour te réveiller plus tôt, mais ta gentille sœur ne semblait pas pressée que tu nous revienne.

Il attrapa Sanshoo dans ses mains -qui grogna un "je suis pas TA salamandre, maudit ours mal léché" - et les avança tout près du visage du garçon.

- Tu sens cette chaleur ? Elle provient d'un animal magique, ma salamandre Sanshoo. C'est un élémentaire du feu, qui dispose de propriété très intéressante. Je ne sais pas si vous avez déjà suivi les cours de Mme Chandrilla, la prof qui enseigne la magie du Feu ? C'est une magie assez particulière, qui a la particularité d'être utile tant à la lumière qu'à l'obscurité. Il y a deux facettes du feu : le feu destructeur et le feu créateur. L'un sied aux forces du mal, l'autre aux forces de la lumière. Ma salamandre est à même de choisir l'un ou l'autre, voir d'user du feu neutre, très utile pour les créatures entre lumière et obscurité, comme les hybrides ou certains enchanteurs. En bref, elle peut t'octroyer une douche de flamme infernale, qui, étant donné ta nature démoniaque, te remettra d'aplomb en moins de deux. Ca te tente ? Conclu-t-il.
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir: Ordre animalier
Âge du personnage: 17 ans
Guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 222
Date d'inscription : 07/05/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Dim 18 Oct - 16:34

débat sous un ciel étoilé.
Bon Suna avait peut-être un peu dépassé les bornes en insultant ainsi cet homme. De loin elle vit un animal le rejoindre. Il fallait rester concentré, Balou pouvait agir malgré ce que lui avait dit Suna. Mais elle fût vite soulagée lorsque celui-ci se retourna et cria :
« - Eh Merodiasuna ! Ton frère vient de se réveiller ! » A peine eut-elle entendu cela qu’elle courra se jeter dans les bras de son frère qui avait l’air d’avoir bien souffert. Cela lui brisa le cœur, et ses yeux se remplir de larmes. Elle n’était qu’un monstre. Mais Merodiasuna s’empêcha de pleurer, elle n’avait pas e droit de faire souffrir son frère d’avantage.
Après avoir sourit, l’ours s’adressa à son frère :
« - Au fait, si tu veux, je connais un moyen de te remettre d'aplomb ! Je connaissais aussi un moyen pour te réveiller plus tôt, mais ta gentille sœur ne semblait pas pressée que tu nous reviennes. »
Oh non, il n’allait pas remettre ça, Suna s’écarta de son frère et s’assit à côté de lui en silence. Elle écouta calmement l’ours décrire le pouvoir de sa salamandre. Cet animal était magnifique, la petite salamandre dégageait une sorte de puissance, et de maturité. Elle ne semblait pas être au service de Kuma, elle semblait lui accorder une loyauté sans faille. Suna ne savait pas se qu’ils se disaient mais elle envia Kuma, il semblait heureux au milieu de sa horde d’animaux.
« - Tu sens cette chaleur ? Elle provient d'un animal magique, ma salamandre Sanshoo. C'est un élémentaire du feu, qui dispose de propriété très intéressante. Je ne sais pas si vous avez déjà suivi les cours de Mme Chandrilla, la prof qui enseigne la magie du Feu ? C'est une magie assez particulière, qui a la particularité d'être utile tant à la lumière qu'à l'obscurité. Il y a deux facettes du feu : le feu destructeur et le feu créateur. L'un sied aux forces du mal, l'autre aux forces de la lumière. Ma salamandre est à même de choisir l'un ou l'autre, voir d'user du feu neutre, très utile pour les créatures entre lumière et obscurité, comme les hybrides ou certains enchanteurs. En bref, elle peut t'octroyer une douche de flamme infernale, qui, étant donné ta nature démoniaque, te remettra d'aplomb en moins de deux. Ca te tente ? »
En entendant Balou décrire les pouvoirs de sa salamandre, elle avait l’impression que Kuma était vraiment fier de ce petit animal. Cela fit sourire Suna, et quelques larmes coulèrent le long de ses joues, elle était émue et triste. Elle aurait du voir plus tôt que Kuma ne lui voulait aucun mal. Il cherchait juste à aider … Elle n’avait pas été très gentille avec lui, peut-être qu’elle devrait s’excuser, mais celui-ci s’était moqué d’elle, il ne l’avait pas prit une minute au sérieux. Pourquoi ? C’était une bonne question, elle connaissait son pouvoir, il aurait dû l’écouter mais elle aurait dû rester  un peu plus calme.
Sa peur avait encore prît le dessus et elle avait blessé son frère et cet homme. Il allait falloir qu’elle fasse attention à la prochaine pleine lune. Ce kuma pourrait peut-être l’aider, il savait parler aux animaux, peut-être que ceux-ci l’avait aidé à reprendre goût à la vie après ses années d’enfer. Elle allait devoir s’excuser si elle voulait qu’il lui parle en la prenant au sérieux et pas comme une gamine capricieuse totalement incontrôlable.
L’Homme ayant fini de parler à son frère, Suna prit la parole :
« -Heigan, je suis vraiment désolée je ne voulais pas te faire mal. Je n’ai pas réussi à stopper l’enclenchement de mon pouvoir, tu aurais dû t’écarter. » Sa voix se brisa et tout en sanglotant elle continua à parler «-Quand je t’ai vu allonger comme ça, j’ai cru que tu étais mort. Je suis tellement désolée, je te promets je n’avais pas l’intention de te faire du mal ce n’était pas voulu … Je suis un monstre … » Son état était humiliant, elle parlait tout en pleurant. Heigan n’avait surement compris qu’un mot sur deux mais tant pis. Maintenant elle devait expliquer pourquoi elle avait refusé que Kuma tente de le réveiller.
« Heigan, ne m’en veut pas mais je n’ai pas eu confiance en Balou, euh enfaite il s’appelle Kuma, c’était l’homme derrière la fontaine, il est très grand et il ressemble à un ours et il est accompagné d’animaux, la salamandre qu’il te tend est vraiment magnifique. Mais ce qu’il voulait te faire aurait aussi pu te tuer, il ne connait pas mon pouvoir et aurais pu doubler ton temps d’illusion alors je n’ai pas voulu qu’il te touche … Et … il se pourrait … que je lui ai … comment dire … un petit peu … manqué de respect … quand il s’est moqué de moi … mais tu sais je pense qu’il est très gentil mais pas très intelligent. Et il parle aux animaux c’est assez impressionnant. »
Merodiasuna ne savait pas comment son frère allait réagir, il avait l’air d’avoir beaucoup souffert …
.
avatar
Newbie
Newbie
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 17
Date d'inscription : 13/05/2015
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Dim 18 Oct - 18:37

ft.
Heigan Tsuki
« Débat sous un ciel étoilé »
feat: Suna et Kuma
- Eh bien mon gars, tu reviens de loin ! Ça me fait plaisir de te voir en meilleure forme. J'ai effectivement eu droit à mon lot de souffrance, mais vu ta tête, c'était rien comparé à toi. Allonge-toi, récupère un peu, tu es en sécurité maintenant, ta sœur aussi.
Après avoir écouté les dires de l’homme, Heigan étais quelque peu rassuré, en effet l’inconnu ne semblait pas avoir été trop touché, et surtout sa sœur étais en sécurité. Mais Heigan ne savait toujours pas où étais sa chère sœur, et cela l’empêchait de se détendre « en sécurité » était un terme très vague et cela ne donnait aucune information « physique » sur l’état de Suna. Heigan essaya désespérément de réfléchir à ce qu’il avait bien pu se passer durant son petit voyage dans le monde des peurs, mais hélas il ne parvenait pas à se concentré, il n’y avait que cet énorme mal de crâne et la voix de la petite Louise à l’intérieur de sa tête. Heigan avait l’impression d’être un véritable drogué en plein bad, avec les membres qui tremblent, la sueur sur le front et l’esprit embrumé. Mais il parvint à lâcher un petit :
- Où est Suna ?
Heigan entendit alors l’homme crier :
-Eh Merodiasuna ! Ton frère vient de se réveiller !
Les cris de l’homme avaient eu l’effet d’une bombe pour Heigan, quelle idée de crier à 50 centimètres d’un malade à l’ouïe surdéveloppé au réveil…
- Eh moins fort l’animalier, j’ai déjà assez mal au crâne comme ça… Lança Heigan en direction de l’inconnu avec un ton digne de celui d’un homme au petit matin.
- Elle est partie en courant en anticipant ton réveil. Tu es de si mauvais poil avec elle le matin ? Demanda l’homme avec une pointe d’ironie
- Il faut croire… Répondit Heigan en faisant craquer sa nuque
A ce moment-là il entendit des pas courants vers lui, des pas légers et pressés. Cela ne pouvait être qu’une personne : sa chère sœur bien aimé, et en effet ça ne rata pas. Cette dernière lui sauta dans les bras à toute vitesse. Heigan serra alors fort sa petite sœur dans ses grands bras, il sentit la pression rendu par Suna qui s’empêchait de pleurer contre lui. Heigan leva une de ses mains sur la tête de Suna et lui passa tendrement la main dans les cheveux, il s’en voulait de lui avoir causé du souci, il se devait donc de la réconforter. Cette charmante scène de retrouvaille fut alors interrompue par l’inconnu.
- Au fait, si tu veux, je connais un moyen de te remettre d'aplomb ! Je connaissais aussi un moyen pour te réveiller plus tôt, mais ta gentille sœur ne semblait pas pressée que tu nous reviennes. Expliqua l’homme devant lui.
Heigan écouta les paroles de l’homme tout en sentant sa sœur se défaire de son entrave et se placer à ses côtés. Il resta néanmoins perplexe au discours de l’homme, Heigan savait que sa sœur aurait tout fait pour le ramener le plus vite possible alors pourquoi disait-il ça ? Si Suna avait refusé l’aide de l’inconnu, une bonne raison se cachait surement derrière. Suna étais intelligente et ne laissait pas facilement la vie de ses proches dans les mains d’inconnu, ce qui était en soi assez logique. Heigan préféra donc garder le silence et écouter la proposition de l’homme.
- Tu sens cette chaleur ? Elle provient d'un animal magique, ma salamandre Sanshoo. C'est un élémentaire du feu, qui dispose de propriété très intéressante. Je ne sais pas si vous avez déjà suivi les cours de Mme Chandrilla, la prof qui enseigne la magie du Feu ? C'est une magie assez particulière, qui a la particularité d'être utile tant à la lumière qu'à l'obscurité. Il y a deux facettes du feu : le feu destructeur et le feu créateur. L'un sied aux forces du mal, l'autre aux forces de la lumière. Ma salamandre est à même de choisir l'un ou l'autre, voire d'user du feu neutre, très utile pour les créatures entre lumière et obscurité, comme les hybrides ou certains enchanteurs. En bref, elle peut t'octroyer une douche de flamme infernale, qui, étant donné ta nature démoniaque, te remettra d'aplomb en moins de deux. Ça te tente ? Expliqua l’homme
Heigan écouta la proposition de l’inconnu, et hésita quelques temps avant de répondre. L’homme avait surement proposé la même chose à Suna, mais cette dernière avait refusé, il y avait donc forcément quelque chose qui avait tiqué chez Suna après avoir entendu ce discours. Dans l’esprit d’Heigan se mit alors en place un véritable protocole d’analyse, il décortiqua les intonations, le vocabulaire et même le ton de l’homme. Dans le but de trouver une faille dans son discours, mais rien ne semblait faux dans ses paroles. Alors que faire ? Heigan répondit finalement :
- Euh… C’est pas contre toi, mais non merci. Je crois que j’ai eu ma dose de magie pour la soirée. Et puis fatigue pas ta salamandre pour moi, je vais m’en remettre t’inquiète, merci quand même. Répondit Heigan en souriant.
Heigan espéra ne pas avoir froissé l’homme en lui répondant qu’il ne voulait pas de son aide. Surtout que plus que son état actuel, c’était l’état émotionnel de sa sœur qui l’inquiétait pour le moment. Cette dernière pris d’ailleurs la parole.
- Heigan, je suis vraiment désolée je ne voulais pas te faire mal. Je n’ai pas réussi à stopper l’enclenchement de mon pouvoir, tu aurais dû t’écarter. Quand je t’ai vu allonger comme ça, j’ai cru que tu étais mort. Je suis tellement désolée, je te promets je n’avais pas l’intention de te faire du mal ce n’était pas voulu … Je suis un monstre … Lança Suna à moitié en pleur…
En entendant les dires de sa sœur, ainsi que ces sanglots, Heigan attrapa la tête de Suna, qu’il plaqua sur son torse. Il la serra tendrement dans ses bras tout en lui disant :
- Tout va bien maintenant, ne t’inquiète pas, je vais bien c’est l’important. Heigan ne supportait pas de voir sa sœur pleuré et se devait donc de la rassurer. Je ne suis pas mort regarde. Je ne t’en veux pas pour ce que tu as fait ne t’inquiète pas… Et ne dis pas ça, tu n’es pas un monstre, pas toi… Expliqua Heigan en passant sa main sur le visage de sa sœur pour lui enlever les larmes qui coulaient sur ses joues.
- Heigan, ne m’en veut pas mais je n’ai pas eu confiance en Balou, euh enfaite il s’appelle Kuma, c’était l’homme derrière la fontaine, il est très grand et il ressemble à un ours et il est accompagné d’animaux, la salamandre qu’il te tend est vraiment magnifique. Mais ce qu’il voulait te faire aurait aussi pu te tuer, il ne connait pas mon pouvoir et aurais pu doubler ton temps d’illusion alors je n’ai pas voulu qu’il te touche … Et … il se pourrait … que je lui ai … comment dire … un petit peu … manqué de respect … quand il s’est moqué de moi … mais tu sais je pense qu’il est très gentil mais pas très intelligent. Et il parle aux animaux c’est assez impressionnant.
Heigan compris alors la réaction de l’homme face à lui, tout étais plus clair dorénavant.
- Je comprends ne t’inquiète pas, c’est normal de ne pas avoir confiance en un inconnu. Surtout quand celui-ci ressemble à un ours. Mais bon maintenant je vais mieux et c’est ce qui compte. Ca par contre c’est pas bien Suna, tu dois toujours être respectueuse envers les gens qui t’entoure, il faudra que tu t’excuse auprès de lui. Expliqua Heigan, d’un ton calme. Par contre il va vraiment falloir qu’on t’apprenne à contrôler tes émotions, j’ai pas spécialement envie de me reprendre une charge magique, un séjour dans mes plus grandes peur m’a suffi j’en veux pas d’autre. Dit-il avec une pointe d’humour à la fin. D’ailleurs Suna, je sais que ton pouvoir te permet aussi de voir des flashes des peurs de personnes touchés par ton pouvoir, as-tu vu les miennes ?
Heigan attendais avec appréhension ça réponse, imaginez qu’elle ait vu ce que lui avait vu…
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir:
Âge du personnage:
Néophyte
Néophyte
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 19
Localisation : Dans mon village perdu
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet] Mer 21 Oct - 17:04


Débat sous un ciel étoilé...

- Euh… C’est pas contre toi, mais non merci. Je crois que j’ai eu ma dose de magie pour la soirée. Et puis fatigue pas ta salamandre pour moi, je vais m’en remettre t’inquiète, merci quand même.

Kuma sourit, en récupérant Sanshoo, un peu déçu tout de même, qu'on ne lui fasse toujours pas confiance.

- Pas de souci mon gars, je peux comprendre, ça a de quoi effrayer un peu !

La dénommée Suna prit alors la parole, le prenant dans ses bras, pleurant à chaude larmes.

- Heigan, je suis vraiment désolée je ne voulais pas te faire mal. Je n’ai pas réussi à stopper l’enclenchement de mon pouvoir, tu aurais dû t’écarter. Quand je t’ai vu allonger comme ça, j’ai cru que tu étais mort. Je suis tellement désolée, je te promets je n’avais pas l’intention de te faire du mal ce n’était pas voulu … Je suis un monstre …

- Tout va bien maintenant, ne t’inquiète pas, je vais bien c’est l’important. Je ne suis pas mort regarde. Je ne t’en veux pas pour ce que tu as fait ne t’inquiète pas… Et ne dis pas ça, tu n’es pas un monstre, pas toi…

Kuma essuya discrètement une petite larme qui venait de couler sur ses joues. C'était... beau ! Une telle fraternité, des excuses sincères, une réponse réconfortante à un complexe que tout le monde avait au moins éprouvé une fois dans ce bâtiment ! Kuma avait du mal à se retenir de les serrer dans ses bras à son tour, de les réconforter, de...

- Heigan, ne m’en veut pas mais je n’ai pas eu confiance en Balou, euh enfaite il s’appelle Kuma, c’était l’homme derrière la fontaine, il est très grand et il ressemble à un ours et il est accompagné d’animaux, la salamandre qu’il te tend est vraiment magnifique. Mais ce qu’il voulait te faire aurait aussi pu te tuer, il ne connait pas mon pouvoir et aurais pu doubler ton temps d’illusion alors je n’ai pas voulu qu’il te touche … Et … il se pourrait … que je lui ai … comment dire … un petit peu … manqué de respect … quand il s’est moqué de moi … mais tu sais je pense qu’il est très gentil mais pas très intelligent. Et il parle aux animaux c’est assez impressionnant.

Ah. Bon bah c'est pas grave. Kuma faisait une drôle de moue, partagé entre le plaisir de les voir réuni et heureux et la déception de constater qu'ils le prenaient pour un déficient mental.

- Je comprends ne t’inquiète pas, c’est normal de ne pas avoir confiance en un inconnu. Surtout quand celui-ci ressemble à un ours. Mais bon maintenant je vais mieux et c’est ce qui compte. Ca par contre c’est pas bien Suna, tu dois toujours être respectueuse envers les gens qui t’entoure, il faudra que tu t’excuse auprès de lui.

Kuma se retenait de dire un truc du genre « Heuuu... Je suis là, vous savez ? » A la place, il se contenta d'un discret toussotement.

- Bruum, Content de vous voir tout les deux rassemblés, ça me va comme ça, dit-il un peu forcé. Vous semblez plus... plus stable ensemble. A ce propos, Heigan, dit-il en se rappelant de ce que Suna lui avait-dit il y avait peu, en parlant de stabilité, cela m’intéresserai beaucoup de connaître les raisons qui te poussent à vouloir partir de Shinsekai. Je suis parfois moi-même prit par cette envie et j'aimerai bien savoir si je ne suis pas le seul à avoir les même doutes, conclu-t-il en se massant la tête, quelque peu gêné.

Il se tût un instant avant de se souvenir brutalement de la raison pour laquelle il avait appris cette information sur son interlocuteur.

- Ah et euh, tant que nous sommes sur les excuses collectives, navré pour ce qui, en définitive, est la cause de vos soucis actuels, à savoir mon... mon « espionnage » impromptu de votre conversation. Suna m'a dit que vous avez vécu en forêt pendant un certain temps, alors vous devez sans doute me comprendre quand je vous dit que le premier réflexe que j'ai à l'entente de bruit suspect c'est de me cacher, d'identifier la source et le contexte du bruit en question. Et dans le cas présent, j'ai été intrigué par votre conversation, qui venait justement en écho à celle que j'avais avec mon Grand-duc... Voilà. De ce fait, j'espère pouvoir me pardonner d'une manière ou d'une autre.

Kuma se frotta les yeux : il devait être encore sous le choc pour faire une phrase aussi peu compréhensible que ça. Enfin, c'était dit. Il n'avait plus qu'à écouter la réponse.
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir: Ordre animalier
Âge du personnage: 17 ans
Guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 222
Date d'inscription : 07/05/2015
Age : 20
Localisation : Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Débat sous un ciel étoilé [les Tsuki au complet]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Photographies du ciel
» Conversation sous ciel étoilé >Mélodie
» Daniel ♦ Noctis [LIBRE]
» Sous un ciel de guerre, le métal chante toujours juste. [Aurah-Fini]
» ô nuit belle nuiiit sous un ciel, d'Italiiie ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Shinsekai :: Extérieur :: Fontaine-
Sauter vers: