RSS
RSS



 

Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ] Lun 11 Mai - 20:37


Petite discussion auprès d'un banc...


Il faisait nuit, environ 23 h 30. Les nombreux nuages cachaient la lune et les étoiles, aussi faisait-il sombre comme dans un four. Et ce n'était pas la lumière blafarde du lampadaire à proximité qui allait changer grand chose. Néanmoins, Kuma était parfaitement serein. Pour la première fois depuis longtemps, il pouvait rester à l’extérieur sans être continuellement aux aguets. Aussi, adossé sur un banc, il goûtait au luxe de fumer une pipe avec du tabac de sa conception. Il caressait machinalement Karasu, son corbeau, qui dormait sur ses genoux. Le confort auquel il avait accès, cependant, le mettait mal à l'aise. Il ne cessait de ressasser un dilemme qui le tiraillait : rester ou partir ?

En effet, Kuma était arrivé ce matin seulement dans l'Académie, après des mois d'errances. La journée fût euphorique : Il avait complétement oublié la joie d'appartenir à un groupe, de vivre en société. Certes, d'un naturel réservé, il n'avait pas foncé vers le premier venu pour l’ensevelir sous un flot d'information personnelle, mais il avait passé la journée à observé ses confrères si différents et si semblables : quelle délice de découvrir des discussions, des amitiés, qui ne se contentaient pas d'aller dans un seul sens ! Chaque individu, lorsqu'il communiquait, partageait son avis, son point de vue, ses ressentis...

Bon, cela pouvait avoir ses défaut, les disputes pouvaient plus facilement éclater, et dans un établissement où chaque résident dispose de dons surnaturels... Kuma avait par exemple entendu (de loin) une violente bagarre ayant eu lieu dans les toilettes. Mais malgré cela, les discussions étaient variées et complexes, alors que Kuma avait été  habitué uniquement à communiquer avec ses animaux sur des sujets simples et primaires. Ceux-ci, d'ailleurs, n'agissaient pas avec lui comme les autres le font entre eux, ils apprécient Kuma, oui, mais ne peuvent jamais aller à l'encontre de sa volonté.


Kuma avait toujours vécu dans sa propre dictature, et découvrir un autre système d'échange ou aucun des individus en question n'a l'ascendant absolu sur les autres avait quelque chose de terriblement excitant. Seulement voilà.

Une fois l'euphorie retombée, le soir venu, Kuma se rendit compte que vivre ici allait demander des sacrifices de sa part.

Cette révélation était arrivé avec un fait anodin : son lit était trop mou. Habitué à dormir das des conditions bien plus précaires,Kuma n'arrivait pas à dormir. En descendant dans la cour, il comprit que le monde dans lequel il entrait était très éloigné du sien. Et ce sur un point tout particulier : Kuma avait passé les deux dernières années à jouir de la plus totale liberté, contrastant avec l'agonie du laboratoire. Aussi, arriverait-il à se soumettre de nouveau à de nouvelles règles autre que celles qu'il s'est lui-même imposé ?

Bien que les règles de l'établissement était radicalement différentes de celles du laboratoire, évidemment, mais Kuma en doutait malgré tout. Il avait beau se dire qu'il continuerait à n'appliquer que ses propres règles en faisant fi des autres, il n'était pas dupe, il s'y soumettrait un jour.

Il était en train d'établir la liste des possibilités qui s'offrait à lui quand un bruissement à peine perceptible lui fît baisser la tête : Hebi, son serpent qui somnolait à ses pieds, s'était relevé, aux aguets. Kuma émit une série de son sifflant, qui se traduisirent  ainsi :

- Qu'y a-t-il, Hebi ?

- Mammifère bipède en approche, derrière nous. Envergure approximativement humaine.


Kuma tourna vivement la tête et regarda derrière le banc : il ne discernait rien, mais il avait une confiance aveugle en Hebi.

- Il semble très léger, continua le serpent. En tout cas, il ne produit que très peu de bruit et de vibration dans le sol.

Suite à cette description Kuma pensait avoir découvert l’identité de l’intrus. Se levant lentement et continuant à fixer un point dans l'obscurité, il réveilla discrètement Karasu qui se posa sans bruit sur son épaule et Saru qui dormait sur le banc.

- Je ne te vois pas, Chat, mais je sais que tu es là. Que me veux-tu?

Il était temps à présent de savoir si Kuma avait vu juste...
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir: Ordre animalier
Âge du personnage: 17 ans
Guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 222
Date d'inscription : 07/05/2015
Age : 19
Localisation : Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ] Mer 13 Mai - 18:13






Une petite discussion auprès d'un banc...





C'était une douce et fraîche nuit de printemps. Les arbres regagnaient leurs feuilles, les animaux refaisaient lentement surface. Avec tout ce qui lui était arrivé, cela faisait longtemps que Ryuku n'avait pas eu droit à une sortie de nuit seul. Il allait enfin pouvoir aller observer les gens en ville, et les mépriser... Rire des humains était presque une habitude que l'hybride avait (mal)heureusement perdue. Cette saleté de directrice le forçait à prendre en charge certaines personnes ennuyantes, qui n'étaient ici que pour reprendre une vie normale. Ne ressentait-il pas désormais cette force émanant de leurs membres ? Ne comprenaient-ils donc pas qu'ils étaient devenus des personnes supérieures ? Qui pourraient prendre le contrôle du monde rien que grâce à leurs pouvoirs ? Les humains étaient si petits, eux si grands ! Personne n'avait donc jamais pensé à prendre le contrôle de l'univers ? Peut-être qu'ils avaient vécu des choses horribles, mais désormais c'était une force, hein ? De toute manière, qu'ils viennent ou non, quelle était l'importance ? Ce n'est pas comme si Ryuku comptait faire ce genre de choses avec ses étudiants (non mais l'esprit pervers tu sors là). Il ferma les yeux et préféra contempler la cour du haut du toit. Ahah, lui, et pas les autres, pouvait y aller ! Comme il se sentait bien. Le jeune homme plissa les yeux en voyant un étudiant assis sur un banc. Tss, c'est qui déjà, qui avait fixé un couvre-feu que personne ne tient ? C'EST LA DIRECTRICE, CETTE INCOMPÉTENTE.

L'hybride sauta au sol, faisant un bruit sourd que seuls les plus attentifs pourraient entendre. Maintenant qu'il était à moitié chat, il pouvait faire sans grande difficulté ce genre de bonds. Un chat retombe toujours sur ses pattes, ne l'oubliez pas ! Désormais, Ryuku pouvait regarder bien en face l'élève. Un petit nouveau, devina-t-il. Eh bien, ça ne l'empêchait pas de suivre le règlement, hein. Le machiavélique le regarda d'un air méfiant. Il était vraiment grand et très musclé. Ses cheveux étaient blonds et ses yeux verts, cependant il ne ressemblait franchement pas à un fils à papa. Loin de là, même. Ryuku sentit à son aura qu'il s'agissait d'un hybride. Était-ce l'hybride ours, récemment arrivé, dont Tina lui avait parlé ? "On dirait qu'il cherche à cacher sa nature d'hybride", avait-il retenu. Tout semblait plausible. Quelques animaux étaient à côté de lui. Hmf, il avait bien de la chance qu'on les laisse venir, mais s'il restait dehors aussi "tard", il risquerait de se faire virer. Enfin, Ryuku n'allait pas être aussi cruel avec ses instru... euh, ses étudiants.

Il s'approcha en ignorant hautainement les animaux. En vérité, il n'avait pas tant de mépris pour les bêtes, mais ce genre de choses devrait tenir à cœur à l'autre hybride, et le voir s'énerver serait si amusant... Le matou repensa à toutes les colères qu'il avait déjà provoquées... c'était si divin de les voir taper du pied, le regard froid, en se croyant impressionnants. D'autant plus que l'autre garçon, vu sa carrure, devait souvent user de ses poings, n'est-ce pas ?

"Je ne te vois pas, Chat, mais je sais que tu es là. Que me veux-tu?"

Hmm, cette demande le surprit légèrement. Alors comme ça il avait deviné sa présence ? C'est la moindre des choses, pour quelqu'un ayant été modifié génétiquement, pensa Ryuku. Qu'il ne se rende compte de rien aurait vraiment été pathétique et surtout ridicule.

"Je prie le gentil jeune homme que tu es de quitter ces lieux et de t'en aller dans ta chambre parce que le couvre-feu est dépassé. Si tu ne le fais pas, la directrice te menacera et ne fera rien par la suite", le mit-il len garde d'un air moqueur, comme s'il se moquait de leur propre organisation.
© Jawilsia sur Never-Utopia



☆★☆★☆★☆★☆★☆★




avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Yep
Pouvoir: Taper les gens avec des cailloux
Âge du personnage: i'm 20
Une légende parmi les divinités
Une légende parmi les divinités
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 168
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 76
Localisation : je tue tes amis par des coups de ...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ] Jeu 14 Mai - 12:29


Petite discussion auprès d'un banc...

La voix ne fusa pas du point que Kuma fixait. Le Chat était rapide : il l'avait contourné. Kuma pouvait le discerner convenablement à présent : c'était bien le pervers qu'il avait entendu dans les toilettes un peu plus tôt. Tout, dans cet animal, inspirait la méfiance : à commencer par son immense sourire ô combien glaçant. Mais Kuma resta imperturbable : il avait appris à ne jamais montrer le moindre signe de faiblesse face à un animal récalcitrant.

- Je prie le gentil jeune homme que tu es de quitter ces lieux et de t'en aller dans ta chambre parce que le couvre-feu est dépassé. Si tu ne le fais pas, la directrice te menacera et ne fera rien par la suite.

Un couvre-feu ? Ça expliquait la porte d'entrée fermée. Saru n'avait pas mis 5 minutes à improviser un passe partout avec le premier fil de fer trouvé : ce couvre-feu ne semblait d'aucune utilité dans cet établissement où chacun disposait de pouvoir surnaturels, la preuve : au troisième étage, une lumière venait de s'allumer.

- Ce félin est-il hostile ? Siffla Hebi, ramenant Kuma dans l'instant présent.

- Pas au point de le mordre, mais reste tout de même sur tes gardes.

Continuant de fixer l'hybride, Kuma se décida enfin à répondre à son interlocuteur :

- Je ne suis plus un homme : plus personne ne l'est içi. Quant à ma chambre, j'estime qu'elle se trouve ici, là, partout. Seules les proies ont des tanières, il est dans l'ordre des choses que les prédateurs puissent dormir n'importe où. Dormir au même endroit signifie se préserver de menaces extérieures : j'estime que ces menaces n'existe plus pour moi.

Kuma marqua une pause, puis continua :

- Tu dois sans doute être d'accord avec moi, Chat. Tu te considères prédateur, vu que tu profite avec abus de ton rang pour assouvir tes besoins sadiques et pervers. Et le simple fait que tu sois là va à l'encontre de ta demande.

Kuma s’arrêta, attendant la réplique de l'interlocuteur en face de lui. Sans le montrer, il se congratula intérieurement. S'il voulait rester à Shinsekai tout en ne respectant que ses règles, il allait devoir se faire apprécier et respecter: la dictature qu'il usait avec les animaux n'était plus de mise ici. Et cette discussion arrivait à point nommé. Si le vice-président éprouvait un minimum de sympathie pour Kuma, le reste de l'établissement le fera sans doute autant. Il servira de test.

Mais ce ne sera pas facile: le charisme qui émanait de l'hybride adverse forçait le respect, et le meilleur moyen de se faire respecter à son tour serait de jouer avec ses propres armes. Le Chat ne pouvait évidemment pas avoir recours à la force, donc pour avoir l'ascendant sur lui, il allait devoir être convainquant dans les arguments qu'il avancera. A Kuma d'en trouver de plus convainquant que lui...
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir: Ordre animalier
Âge du personnage: 17 ans
Guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 222
Date d'inscription : 07/05/2015
Age : 19
Localisation : Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ] Jeu 14 Mai - 14:53






Une petite discussion auprès d'un banc...





Ô, comme il était bon de descendre les personnes aussi hautes que lui lorsqu'ils n'étaient pas là ! Revenons à nos moutons. Ryuku se demandait si l'étudiant face à lui allait gentimment rentrer dans sa chambre, sans rien dire d'autre. En vérité, il en doutait vraiment. Vu sa carrure, il n'hésiterait pas à jouer aux rebelles et à protester. Bon, bien sûr, personne de censé n'oserait attaquer un gentil chat comme lui, n'est-ce pas ? L'hybride agita les oreilles vers l'arrière, pouvant d'ici discerner le faible bruit de l'interrupteur. Personne ne respectait les règles ici. Plus personne ne se pliait au règlement. Plus personne ne réalisait que Shinsekai les a sauvés.

"Je ne suis plus un homme : plus personne ne l'est ici. Quant à ma chambre, j'estime qu'elle se trouve ici, là, partout. Seules les proies ont des tanières, il est dans l'ordre des choses que les prédateurs puissent dormir n'importe où. Dormir au même endroit signifie se préserver de menaces extérieures : j'estime que ces menaces n'existe plus pour moi."

Les propos de l'inconnu lui apportèrent une confirmation, bien que jouer sur les mots semblait étrange de la part d'un tel colosse. C'aurait été beaucoup plus drôle s'il l'avait frappé ! Mais non, Ryuku n'est pas masochiste, c'est juste que cela faisait longtemps que personne ne l'avait poursuivi... Peut-être n'avait-il pas assez de cran pour oser tenter d'attraper une personne aussi rapide, agile, forte, magnifique que lui...

"Tu dois sans doute être d'accord avec moi, Chat. Tu te considères prédateur, vu que tu profite avec abus de ton rang pour assouvir tes besoins sadiques et pervers. Et le simple fait que tu sois là va à l'encontre de ta demande."

Sans attendre sa réponse, l'hybride ours avait déjà poursuivi. Quelle drôle de manière de parler ! En tout cas, ses mots déplaisaient au matou. De quel droit ? Hum, pire, dans quel but ? Comment pouvait-il oser lui parler comme s'ils étaient d'égal à égal ? En tant que personne extérieure à l'univers, Ryuku avait le droit d'avoir le contrôle sur tous, et de les manipuler comme des pions, mais cela dit, ce n'est pas parce qu'un cheval se cabre qu'il ne courra pas pour vous ... (cherchez pas c'est moi qui l'ai inventé)

"Moi ? d'accord avec toi ? C'est plutôt toi qui devrais être d'accord avec moi."

Pensait-il vraiment être capable de pénétrer dans ses pensées indéchiffrables ? Il y a des gens naïfs, parfois. Ryuku n'allait pas sortir le grand jeu maintenant, de toute façon il ressentait le besoin de rester calme pour pouvoir sortir après.

"Tu es toujours un simple humain tant que tu n'es pas capable d'influencer le monde dans sa globalité. Après tout, qu'est-ce que tu qualifies d'humain ? Tu penses comme un humain, tu parles comme un humain, on t'a juste greffé de nouveaux membres animaux, mais en fait, le changement pas naturel, c'est un peu la marque de fabrique de l'être humain, n'est-ce pas ? Puis d'ailleurs, tu n'as pas été toi-même la proie des scientifiques ? C'était toi qui les contrôlait ? Non, tu n'avais aucun pouvoir sur ta vie ni même sur ton avenir. Si les scientifiques ont autant pu avancer sur ton corps, c'est parce que tu t'es contenté de penser pendant des années que le destin te sortirait de là. Encore une marque pathétique d'humanité. Si tu ne te sens plus menacé, tant mieux, mais même un cyborg n'est pas aussi puissant et résistant qu'un tank. Va te coucher", termina-t-il brusquement en se déplaçant et en le clamant plus comme une insulte qu'un ordre.

Bien évidemment, Ryuku avait ignoré ses paroles sur son rang. Puisqu'il est en haut rang, il n'a pas besoin de se justifier. Ça, par contre, ça marche même pour les meutes, lui semble-t-il. Le jeune homme n'avait pas envie de passer sa soirée avec lui en dissertant sur les diverses règles du pensionnat, mais il devait admettre que parler avec ce nouveau était amusant.

© Jawilsia sur Never-Utopia



☆★☆★☆★☆★☆★☆★




avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Yep
Pouvoir: Taper les gens avec des cailloux
Âge du personnage: i'm 20
Une légende parmi les divinités
Une légende parmi les divinités
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 168
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 76
Localisation : je tue tes amis par des coups de ...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ] Jeu 14 Mai - 17:38


Petite discussion auprès d'un banc...

- Moi ? d'accord avec toi ? C'est plutôt toi qui devrais être d'accord avec moi.
Tu es toujours un simple humain tant que tu n'es pas capable d'influencer le monde dans sa globalité. Après tout, qu'est-ce que tu qualifies d'humain ? Tu penses comme un humain, tu parles comme un humain, on t'a juste greffé de nouveaux membres animaux, mais en fait, le changement pas naturel, c'est un peu la marque de fabrique de l'être humain, n'est-ce pas ? Puis d'ailleurs, tu n'as pas été toi-même la proie des scientifiques ? C'était toi qui les contrôlait ? Non, tu n'avais aucun pouvoir sur ta vie ni même sur ton avenir. Si les scientifiques ont autant pu avancer sur ton corps, c'est parce que tu t'es contenté de penser pendant des années que le destin te sortirait de là. Encore une marque pathétique d'humanité. Si tu ne te sens plus menacé, tant mieux, mais même un cyborg n'est pas aussi puissant et résistant qu'un tank. Va te coucher.


Aaaaah... Une réplique très intéressante. La soirée promettait d'être palpitante. Kuma avait encaissée la longue tirade de son interlocuteur sans broncher. Suite à l'ordre de son -normalement- supérieur hiérarchique, il marqua un temps d'arrêt, tant pour démontrer sciemment qu'il n'avait pas l'intention d'obéir, du moins pour le moment, mais aussi et surtout pour préparer sa réponse. Il allait falloir faire preuve de tact. Le chat était manifestement en colère, et Kuma n'avait pas envie de mal se faire voir trop tôt. En plus le vice-président commençait à lui plaire. Mais ce n'était pas pour autant qu'il allait se plier docilement à ses ordres. Il était temps de mettre en application les réflexions intérieures qu'il avait mûri pendant ces deux dernières années.

- Comprenons-nous bien, dit-il en se posant tranquillement sur le banc. Tout ce que tu as dit est vrai, à un détail près. Certes, je n’influence pas le monde entier, mais un lapin non plus. Et tu ne diras pas, j'espère, qu'un lapin est un humain. Ensuite, je te l'accorde, je reste encore très humain. Mais, mon cher ami, toi aussi ! Tout ce que tu as dit à mon sujet te concerne aussi. Ce sadisme, cette perversité, que tu as développé, crois tu que ce soit quelque chose de très félin ? C'est plutôt le propre de l'homme.
Néanmoins, tous, autant que nous sommes, dans cet établissement, sommes devenus plus que des hommes. Et je ne te parle pas de ces mutations, ces expériences, qu'ils nous ont infligés, je te parle plutôt... D'une résistance naturelle, d'une maturité, d'une regard sur le monde, qui fait de nous autre chose que des hommes, et que nous avons développé durant ces années de souffrance. C'est grâce à cela que nous avons pû s'échapper, et crois moi, ce n'est pas une question de destin.


Il marqua une pause, puis continua :

- Je me souviens de toi, Neko. Je me souviens aussi du jour où nous avons été transféré ailleurs car la police nous avaient trouvé. C'était trois semaines avant que l'on me greffe mes nouveaux bras. Tu t'es échappé avec brio, je le reconnais. Mais sait-tu qu'un des scientifique t'aurait aperçu sans mon intervention et celle de Karasu ? Tu n'étais pas encore à couvert quand il s’apprêtait à vérifier que nous étions tous retournés dans nos cages une fois celles-ci dans le camion. Nous t'avions vu, et avant qu'il ne passe devant la tienne, je sautais sur Karasu qui partageais ma cage pour le transport. Il s'est mis à hurler que j'étais devenu fou et que j'allais le tuer. Les scientifiques ont voulu me sortir de la cage, mais je me suis mis à distribuer des coups à tous ceux qui passaient. En attendant, Karasu est entré dans ta propre cage, et une fois qu'on m’eus endormi, dans la précipitation, ils n'ont pas considéré que deux cages ne comptait qu'un occupant, et ils sont partis sans se rendre compte que tu manquais à l'appel.
Dis moi, Ryuku, puisque c'est ton nouveau nom, un animal en aurait-il fait autant ? Je ne crois pas. Mais je ne crois pas non plus que n'importe quel humain l'aurais fait. Alors dis moi : Suis-je toujours un simple humain ? Es-tu toujours supérieur à moi ? Dois-je tout de même retourner dans ma chambre, où je ne trouverais pas le sommeil, suivant un règlement que tu n'appliques même pas ? Ou bien sommes nous, tout les deux, égaux ? Supérieurs à ceux qui nous ont fait tant souffrir ?
 

Kuma se tût enfin. Il regarda le jeune hybride, qui n'avait que peu changé depuis toutes ces années. La rage qu'il avait alimenté contre les savants ne s'était manifestement pas éteinte. Et son propre discours, peut-être un peu trop poussé, pour une demande si simple que « puis-je dormir dehors ? » Mais Kuma sentait qu'il avait besoin de parler. Ça lui faisait tant de bien de pouvoir de nouveau parler à quelqu'un, quelqu'un qu'il connaissait déjà, qui plus est. Restait à savoir sa réaction...
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir: Ordre animalier
Âge du personnage: 17 ans
Guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 222
Date d'inscription : 07/05/2015
Age : 19
Localisation : Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ] Ven 22 Mai - 15:12






Une petite discussion auprès d'un banc...




L'hybride ours resta coi quelques instants. Ryuku grogna. Voilà qui montrait qu'il n'était pas prêt de retourner dans sa chambre. Il ne s'ennuyait plus vraiment maintenant, mais notre chat voulait pouvoir stopper la conversation dès que l'envie lui prend. En plus, lorsqu'il avait proposé à la directrice des potions pour rendre les étudiants rebelles inconscients, cette dernière avait refusé. Pffft. S'il avait des pouvoirs, ce n'était pas pour se soumettre aux autres... Ryuku agita les oreilles. Il ne devait pas penser comme son camarade, sinon ses arguments seraient largement contrés.

"Comprenons-nous bien. Tout ce que tu as dit est vrai, à un détail près. Certes, je n’influence pas le monde entier, mais un lapin non plus. Et tu ne diras pas, j'espère, qu'un lapin est un humain. Ensuite, je te l'accorde, je reste encore très humain. Mais, mon cher ami, toi aussi ! Tout ce que tu as dit à mon sujet te concerne aussi. Ce sadisme, cette perversité, que tu as développé, crois tu que ce soit quelque chose de très félin ? C'est plutôt le propre de l'homme.
Néanmoins, tous, autant que nous sommes, dans cet établissement, sommes devenus plus que des hommes. Et je ne te parle pas de ces mutations, ces expériences, qu'ils nous ont infligés, je te parle plutôt... D'une résistance naturelle, d'une maturité, d'une regard sur le monde, qui fait de nous autre chose que des hommes, et que nous avons développé durant ces années de souffrance. C'est grâce à cela que nous avons pu s'échapper, et crois moi, ce n'est pas une question de destin."

Pfft, décidément, il avait réponse à tout. Bah, l'hybride trouverait bien des arguments pour contrer les siens. Alors qu'il s'apprêta à répondre, Kuma reprit :

"Je me souviens de toi, Neko. Je me souviens aussi du jour où nous avons été transférés ailleurs car la police nous avait trouvés. C'était trois semaines avant que l'on me greffe mes nouveaux bras. Tu t'es échappé avec brio, je le reconnais. Mais sait-tu qu'un des scientifique t'aurait aperçu sans mon intervention et celle de Karasu ? Tu n'étais pas encore à couvert quand il s’apprêtait à vérifier que nous étions tous retournés dans nos cages une fois celles-ci dans le camion. Nous t'avions vu, et avant qu'il ne passe devant la tienne, je sautais sur Karasu qui partageais ma cage pour le transport. Il s'est mis à hurler que j'étais devenu fou et que j'allais le tuer. Les scientifiques ont voulu me sortir de la cage, mais je me suis mis à distribuer des coups à tous ceux qui passaient. En attendant, Karasu est entré dans ta propre cage, et une fois qu'on m’eus endormi, dans la précipitation, ils n'ont pas considéré que deux cages ne comptait qu'un occupant, et ils sont partis sans se rendre compte que tu manquais à l'appel.
Dis moi, Ryuku, puisque c'est ton nouveau nom, un animal en aurait-il fait autant ? Je ne crois pas. Mais je ne crois pas non plus que n'importe quel humain l'aurais fait. Alors dis moi : Suis-je toujours un simple humain ? Es-tu toujours supérieur à moi ? Dois-je tout de même retourner dans ma chambre, où je ne trouverais pas le sommeil, suivant un règlement que tu n'appliques même pas ? Ou bien sommes nous, tout les deux, égaux ? Supérieurs à ceux qui nous ont fait tant souffrir ?"


Quoi ? Non. Croyait-il vraiment que le fier félin qu'il était allait se soumettre et admettre qu'ils étaient égaux ? Que de naïveté de sa part. Qu'ils l'aient sauvé ou non, quelle est l'importance ? Les faibles qui n'ont toujours pas compris qu'il fallait sauver sa peau avant celle des autres n'avaient qu'à crever dans leur coin. Il n'y qu'un imbécile qui aurait pu croire que l'on doit se sacrifier pour les autres. Alors que Ryuku, lui, était largement supérieur à cette bêtise.

"Un lapin peut faire vivre beaucoup de bêtes par sa propre mort, non ? Alors que les humains, avec leurs principes stupides et bas, sont devenus totalement dépendants les uns des autres. L'un tue le gibier, l'autre le rend "cuisinable", et le dernier le rend mangeable pour nos faibles palais, alors que les bêtes savent se contenter du peu qu'elles ont pour ne pas rester en deuil pour des années à la première perte. Les humains ne savent pas se rendre compte de l'évidence même, et je crois que tu es plus humain qu'ours. Tu parles des humains comme s'ils n'avaient que des défauts, comme si mes défauts venaient de l'homme, mais toi, en ne tirant que leurs qualités, ça fait de toi quelqu'un d'inhumain parce que tu te sens supérieur ? Parce que tu te rapproches de l'être parfait ? Je ne veux pas te dire que les animaux n'ont pas de défaut ni de préférence, mais l'être parfait, l'égalité, il n'y a que les humains qui osent penser à ces conneries. Tu as beau regarder la vie d'un autre point de vie, celui-ci reste semblable à un humain légèrement évolué qui refuse l'autorité supérieure."

Si c'était une fille et qu'il luttait contre le sexisme, Kuma lui aurait bien montré une paire se seins, ouais. Ryuku fronça les sourcils et le regarda d'un air bien méprisant avant d'aborder le point qui le démangeait le plus :

"Je me fiche bien que tu m'aies sauvé ou bien même de te devoir quelque chose. Puis de toute façon, tu peux t'estimer heureux qu'on t'ait recueilli. Les scientifiques t'auraient pas laissé bien longtemps dans la nature si tu n'étais pas venu ici. Même si physiquement tu ne l'es plus, même si tu as beaucoup de différences avec les humains que ce soit par tes actes ou par les humains, tu continues à adopter leur mode de vie en te basant sur de bêtes principes. Dis-moi, tu te sens plus humains qu'animal ? Ou bien est-ce l'inverse ?"

Il soupira.

"Les scientifiques ont vraiment eu le dessus sur nous. On n'était qu'une belle brochette d'incapables face à eux. Mais bon, moi, j'y serais bien entré et sorti comme dans un moulin si vous ne passiez pas votre temps à vous lamenter comme des petites putes qui auraient payé pour qu'on leur dise des mots doux d'apaisement. Je suis un si bon leader ~~~~ Mh, pardon de dire des grossièretés face à un si bon étudiant. Si je sors le soir et que vous vous devez rentrer, c'est parce que votre journée est libre excepté lors des cours alors que moi je dois m'occuper de certains papiers parce que je vous aime, et parce que vous seriez incapables de vous en occuper seuls, et car de ce fait je vous suis supérieur, mais c'est pour votre bien, tu vois ?", termina-t-il d'un air clairement ironique.
© Jawilsia sur Never-Utopia



☆★☆★☆★☆★☆★☆★




avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Yep
Pouvoir: Taper les gens avec des cailloux
Âge du personnage: i'm 20
Une légende parmi les divinités
Une légende parmi les divinités
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 168
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 76
Localisation : je tue tes amis par des coups de ...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ] Sam 23 Mai - 0:38


Petite discussion auprès d'un banc...

Quoi de mieux qu'un débat sur la condition hybride un soir de printemps à un horaire proche de minuit ? Kuma Kashikoi prenait la situation avec beaucoup de détachement et de plaisir. Ce n'était pourtant pas évident face à un chat en colère. S'étant radossé au dossier du banc, Kuma le regarda le réduire à l'état de chiure de mouche avec une nonchalance extrême, tout en finissant de consommer le tabac enivrant de sa pipe. L'hybride chat était quelqu'un de très intéressant. En apparence, il était aussi hautain et vindicatif que son colocataire, mais à la différence de celui-ci, ses réponses argumentées et développées prouvait qu'il l'écoutait, et de ce fait traitait quand même Kuma avec un certain respect. Ajouté à cela leurs ressemblances communes, et ces quelques subtiles différences expliquait pourquoi Kuma n'appréciait pas ces deux personnes au même niveau.

- Un lapin peut faire vivre beaucoup de bêtes par sa propre mort, non ? Alors que les humains, avec leurs principes stupides et bas, sont devenus totalement dépendants les uns des autres. L'un tue le gibier, l'autre le rend "cuisinable", et le dernier le rend mangeable pour nos faibles palais, alors que les bêtes savent se contenter du peu qu'elles ont pour ne pas rester en deuil pour des années à la première perte. Les humains ne savent pas se rendre compte de l'évidence même, et je crois que tu es plus humain qu'ours. Tu parles des humains comme s'ils n'avaient que des défauts, comme si mes défauts venaient de l'homme, mais toi, en ne tirant que leurs qualités, ça fait de toi quelqu'un d'inhumain parce que tu te sens supérieur ? Parce que tu te rapproches de l'être parfait ? Je ne veux pas te dire que les animaux n'ont pas de défaut ni de préférence, mais l'être parfait, l'égalité, il n'y a que les humains qui osent penser à ces conneries. Tu as beau regarder la vie d'un autre point de vie, celui-ci reste semblable à un humain légèrement évolué qui refuse l'autorité supérieure.

Je me fiche bien que tu m'aies sauvé ou bien même de te devoir quelque chose. Puis de toute façon, tu peux t'estimer heureux qu'on t'ait recueilli. Les scientifiques t'auraient pas laissé bien longtemps dans la nature si tu n'étais pas venu ici. Même si physiquement tu ne l'es plus, même si tu as beaucoup de différences avec les humains que ce soit par tes actes ou par les humains, tu continues à adopter leur mode de vie en te basant sur de bêtes principes. Dis-moi, tu te sens plus humains qu'animal? Ou bien est-ce l'inverse ?

Les scientifiques ont vraiment eu le dessus sur nous. On n'était qu'une belle brochette d'incapables face à eux. Mais bon, moi, j'y serais bien entré et sorti comme dans un moulin si vous ne passiez pas votre temps à vous lamenter comme des petites putes qui auraient payé pour qu'on leur dise des mots doux d'apaisement. Je suis un si bon leader ~~~~ Mh, pardon de dire des grossièretés face à un si bon étudiant. Si je sors le soir et que vous vous devez rentrer, c'est parce que votre journée est libre excepté lors des cours alors que moi je dois m'occuper de certains papiers parce que je vous aime, et parce que vous seriez incapables de vous en occuper seuls, et car de ce fait je vous suis supérieur, mais c'est pour votre bien, tu vois ?


Hon hon. Argumentées, développées, mais pas forcément juste. Mais il ne serait pas raisonnable de pousser le vice trop loin : Kuma avait posé une question, il avait sa réponse. Il devait rejoindre son lit, pour aujourd'hui du moins. Ce n'était pas par respect des règles, mais par respect pour le Chat qui avait l'air d'y tenir très à cœur. Aussi leva-t-il les mains en signe de forfait :

- Très bien, très bien, mon ami !  S'exclama-t-il en riant. Cette discussion est allé un peu loin pour une simple demande de rester dormir à l'extérieur afin d'éviter mon colocataire. Je rejoins donc ma chambre vu que c'est pour mon bien, le temps de vider ma pipe...

Kuma s’exécuta, pendant que Karasu et Saru grimpaient sur ses épaules, il fallait rapatrié tout le monde. Il laissa s'écouler un petit temps de silence, l'air de réfléchir, avant d'ajouter :

- Cependant, j'aimerais quand même éclaircir certains points. Je n'ai jamais voulu te dénigrer par rapport à moi, mais nous élever tout les deux face à l'humain moyen. Ensuite, je n'ai jamais parlé de parfait ou d'égalité. L'égalité que j'ai supposé entre nous deux n'est qu'un abus de langage, je voulais dire que le fossé qui nous sépare est infiniment moins large que celui qui nous sépare tout les deux de l'humain moyen.  Après, dire lequel de nous deux est supérieur à l'autre... je présume que pour toi la réponse est évidente, mais à l'avenir, il faudra me le prouver,  dit il en souriant. Et pour répondre à ta question... et bien je ne saurais te dire, mais je serais curieux de savoir ton point de vue à ce sujet.

Il regarda Ryuku avec insistance. Il avait perdu son aspect sadique et peu sérieux, il semblait vraiment à vif. Il prit alors son ton le plus sérieux possible.

- Ce n'est probablement pas réciproque, Neko, mais je t'apprécie. Sincèrement. Ce que tu as vécu, ce que tu ressens...  je suis passé par des étapes similaires. Je sais que tu exècre l'idée que quelqu'un puisse te ressembler ne serait-ce qu'un tantinet, mais c'est pourtant le cas.

Il rangea sa pipe dans sa poche avant de se lancer :

- Je tiens vraiment à te donner la possibilité de me prouver ta supériorité : que dirais-tu que, un jour prochain, nous mettions le règlement de côté et que nous allions, tous les deux, chasser en forêt ? Je te prouverais alors que les animaux dépendent plus des autres que tu ne le croient...

Kuma espérait de tout son cœur qu'il accepte la proposition : c'était le meilleur moyen pour lui de savoir à quel niveau se situerais l'estime globale qu'il avait pour Ryuku. Et, avec un peu de chance, cela permettrait de sympathiser...
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir: Ordre animalier
Âge du personnage: 17 ans
Guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 222
Date d'inscription : 07/05/2015
Age : 19
Localisation : Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ] Dim 24 Mai - 15:32






Une petite discussion auprès d'un banc...





Ryuku agita les oreilles, espérant que cette conversation s'achève bientôt, bien qu'intéressante. Il était si pressé d'observer les humains s'amuser entre eux ! Et à fouiner chez les gens, surtout. Kuma leva la main. Ah, enfin, pensa l'hybride chat.

"Très bien, très bien, mon ami ! Cette discussion est allée un peu loin pour une simple demande de rester dormir à l'extérieur afin d'éviter mon colocataire. Je rejoins donc ma chambre vu que c'est pour mon bien, le temps de vider ma pipe... "

Eviter son colocataire ? Eh bien, si Kuma ne semblait pas détester Ryuku, cela devait vouloir dire que son camarade était l'un des plus exécrables. Passons. Le jeune homme adorait qu'on se soumette à lui, ou même qu'on lui obéisse simplement, c'était déjà pas mal. Il agita la queue, signe d'impatience avant de s'étirer tout en regardant l'ours s’exécuter.

"Cependant, j'aimerais quand même éclaircir certains points. Je n'ai jamais voulu te dénigrer par rapport à moi, mais nous élever tout les deux face à l'humain moyen. Ensuite, je n'ai jamais parlé de parfait ou d'égalité. L'égalité que j'ai supposé entre nous deux n'est qu'un abus de langage, je voulais dire que le fossé qui nous sépare est infiniment moins large que celui qui nous sépare tout les deux de l'humain moyen.  Après, dire lequel de nous deux est supérieur à l'autre... je présume que pour toi la réponse est évidente, mais à l'avenir, il faudra me le prouver,  dit-il en souriant. Et pour répondre à ta question... et bien je ne saurais te dire, mais je serais curieux de savoir ton point de vue à ce sujet."

Hm, un soupçon de rébellion, mais rien d'affolant. L'étudiant semblait légèrement être resté de marbre, mais bon. Ryuku ne voulait pas s'attarder plus que ça, même si Kuma semblait être quelque peu dans le flou. Le vilain matou préféra ignorer ses dernières questions, sous peine de devoir encore se justifier et s'attarder. On dit qu'être à côté d'une question est une chose de manipulateur, c'est à peine surprenant si Ryuku le fait. L'autre hybride, quant à lui, le dévisageait. Ce regard était assez gênant, mais rien ne pouvait déstabiliser le simple "assistant", enfin, comme le bas peuple le pense, de la dirlo.

"Ce n'est probablement pas réciproque, Neko, mais je t'apprécie. Sincèrement. Ce que tu as vécu, ce que tu ressens...  je suis passé par des étapes similaires. Je sais que tu exècres l'idée que quelqu'un puisse te ressembler ne serait-ce qu'un tantinet, mais c'est pourtant le cas."

Et bientôt il allait lui offrir des fleurs ? Ryuku retint sa langue, ne voulant pas rejeter aussi violemment une des rares personnes affirmant haut et fort l'apprécier. Il rabattit ses oreilles en arrière, ne pouvant se retenir d'hérisser euh... sa queue ?

"Je tiens vraiment à te donner la possibilité de me prouver ta supériorité : que dirais-tu que, un jour prochain, nous mettions le règlement de côté et que nous allions, tous les deux, chasser en forêt ? Je te prouverais alors que les animaux dépendent plus des autres que tu ne le croient... "

Hum, intéressant. Cette dernière phrase sous-entendait bien évidemment qu'ils verraient au moins deux bêtes s'entraider ensemble, haha, mais Ryuku savait pertinemment qu'il ne le laisserait pas l'aider. De tout façon, quelle bête pouvait être aussi discrète, aussi agile, aussi belle que le chat ? Peut-être attraperait-il de plus petites proies, mais elles seraient bien plus nombreuses et ... Non, il ne devait pas se projeter immédiatement dans ce genre d'idée comme s'il était parfaitement d'accord avec Kuma. Quel signe de faiblesse ! Jouer au constipé de marbre serait bien plus pratique pour qu'il ne pense pas qu'il lui est acquis.

"Je n'ai rien à prouver, ni à toi ni à qui que ce soit, mais si ça te chante et si ça transgresse les règles de la directrice, pourquoi pas, mais bon, si tu comptes sur tes animaux pour tout faire à ta place...", lâcha-t-il en haussant les épaules.
© Jawilsia sur Never-Utopia



☆★☆★☆★☆★☆★☆★




avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Yep
Pouvoir: Taper les gens avec des cailloux
Âge du personnage: i'm 20
Une légende parmi les divinités
Une légende parmi les divinités
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 168
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 76
Localisation : je tue tes amis par des coups de ...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ] Dim 24 Mai - 16:05


Petite discussion auprès d'un banc...

Le Chat eut une lueur d'intérêt dans les yeux. Kuma espérait que son goût pour la transgression des règles établies par sa normalement supérieure hiérarchique s'éveille en lui, et cela semblait être en effet le cas.

- Je n'ai rien à prouver, ni à toi ni à qui que ce soit, mais si ça te chante et si ça transgresse les règles de la directrice, pourquoi pas, mais bon, si tu comptes sur tes animaux pour tout faire à ta place...


Gagné ! Kuma avait vu juste, Ryuku n'avait pas dit non. C'était plutôt bon signe.

- Parfait ! Eh bien écoute, pourquoi pas dans deux jours, à la même heure ? J'ai constaté qu'il y avait un lac en forêt, il n'y a pas meilleure terrain de chasse. En plus, la lune sera pleine, la vision sera optimale... Même si,  ajouta-t-il, pour toi ce n'est pas un facteur mélioratif. Mais disons que nous aurons les meilleures conditions. Par contre, oui, j'ai bien l'intention de faire appel à mes amis, nous avons dévellopés des techniques de chasses assez élaborées, ensemble.

Karasu croassa en signe d'affirmation.

- Et puis tu ne va pas me dire, toi, que déléguer les tâches n'est pas quelque chose de mal ? Ajouta Kuma en souriant. Moi je favorise la division du travail, mais ne t'en fait pas, je contribue aussi au bon fonctionnement de notre petite société.

Kuma attendit une réponse de la part de Ryuku, avant de conclure :

- Bon, sur ce, j'y vais enfin. Amuse-toi bien avec les humains !

Kuma fît mine de partir vers l'entrée avant de se retourner une dernière fois :

- Au fait, en effet, j'ai beaucoup de chance d'avoir été recueilli ici. La vie est quand même plus sympa en communauté. Mais je suis resté deux ans en forêt, et tu suggérais que les scientifiques ne m'auraient pas laissé longtemps dans la nature ? L'expédition parti à ma recherche a mis trois mois pour me mettre le grappin dessus.

Kuma sortit alors de sous son blouson un collier composé de dizaine de dent.

- Ils ont perdus douze de leurs membres, ce jour là,  dit-il avec en souriant toute canines dehors. Je suppose qu'ils ont lâché l'affaire. Bonne nuit !

Et il partit définitivement vers le bâtiment, ses amis à sa suite.


Note : un texte court, mais de fin de rp.
avatar

Feuille de personnage
Célibataire: Oui
Pouvoir: Ordre animalier
Âge du personnage: 17 ans
Guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 222
Date d'inscription : 07/05/2015
Age : 19
Localisation : Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Une petite discussion auprès d'un banc... [ avec Ryuku Maeda ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite discussion entre... amis ? [Kenpachi/Tenzouille]
» Une petite visite guidée----->avec Guigui
» Quel(s) est (sont) le(s) film(s) qui vous ont fait le plus pleurer ?
» Petite pause auprès du lac~
» Petite discussion entre amis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Purgatoire :: Rps terminés-
Sauter vers: